En ligne actuellement

Nous avons 217 invités en ligne

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

LXII 2 - N°250 Notre Père III: le Pain

Religions et violence

La Tradition 

Eduquer à la liberté(double)

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

20133161. Charles d’Autriche, les raisons d’une béatification Imprimer
Écrit par CHALINE Olivier   

Commencée dans la Vienne du Troisième homme et achevée dans la Rome de Jean-Paul II, la procédure de béatification de Charles d’Autriche  a pris un tour différent lorsque le pape a décidé de promouvoir un modèle d’homme d’État chrétien.

la première page, 161, est jointe.

Le dimanche 3 octobre 2004, le pape Jean-Paul II béatifia cinq serviteurs de Dieu, au nombre desquels se trouvait Charles d’Autriche (1887-1922). Charles Ier comme empereur d’Autriche, Charles IV comme roi de Hongrie et Croatie, Charles III comme roi de Bohême 1, il fut le dernier Habsbourg à régner sur l’Europe centrale, du 21 novembre 1916 à des dates diverses selon ses États 2. Après avoir été relégué dans l’île portugaise de Madère par une conférence des ambassadeurs de l’Entente, il s’éteignit dans la misère, victime d’une pneumonie, le 1er avril 1922, laissant une veuve et huit enfants (le dernier encore à naître). Charles I / IV est passé à la postérité comme le seul chef d’État belligérant de la Première Guerre mondiale à avoir véritablement tenté de rétablir la paix pendant l’hiver

 

 

1. On trouvera sa titulature complète au début du livre de François FEJTO,  Requiem pour un empire défunt. Histoire de la destruction de l’Autriche-Hongrie, Paris, Le Seuil, 1988. La biographie la plus récente en français est celle de Jean SÉVILLIA, Le dernier empereur : Charles d’Autriche (1887-1922), Paris, Perrin, 2009. Sur cette période, voir aussi Bernard MICHEL, La chute de l’empire austro-hongrois 1916-1918, Paris, Robert Laffont, 1991.

2. En Autriche, il accepta de se retirer temporairement des affaires publiques le 12 novembre 1918, sans jamais abdiquer formellement. Il devint l’« ancien titulaire de la Couronne », parti en exil en Suisse le 24 mars 1919. Banni du pays, en Hongrie, sans avoir abdiqué, il fut déchu, après sa seconde tentative de restauration, lorsque le parlement vota la loi de déposition du 6 novembre 1921. Pourtant, le pays demeura un royaume gouverné par un régent, l’amiral Horthy qui n’entendait pas céder le pouvoir et s’opposa par deux fois au retour de Charles. Il avait promis aux puissances de l’Entente qu’il n’y aurait pas de restauration des Habsbourg.

................