En ligne actuellement

Nous avons 231 invités en ligne

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

LXII 3/4 - N° 251-2 Religions et violence : prévu début juin en numéro double mai-août

 LXII 5 - N° 253 La Tradition septembre-octobre

 LXII 6 - N° 253 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

20135077. Le Traité de l’amitié de Matteo Ricci – De l’amitié universelle à l’amitié sous le ciel Imprimer
Écrit par RONG Hengying   

Le Traité de l’amitié de Matteo Ricci (XVIe siècle) est le premier texte écrit en chinois par un Occidental. Tout en reprenant un genre et des thèmes qui remontent à l’Antiquité, il en fait un acte nouveau d’ouverture à une culture autre et différente. Il ne parle pas seulement de l’amitié, il la pratique par son ouvrage même, ce qui fut bien compris par les Chinois qui adoptèrent son Traité. Sa démarche et son œuvre, qui encouragent une communication véritable, sont plus actuelles que jamais.

La première page, 77, est jointe.

En 1595, le père jésuite Matteo Ricci, missionnaire en Chine, rédigea à la demande d’un prince un Traité de l’Amitié, premier ouvrage écrit par un occidental en chinois. Ce livre fut apprécié de la plupart des lettrés de l’époque ainsi que de la famille impériale et son succès favorisa par la suite la mission des jésuites en Chine.

  Ce traité, où Ricci fait preuve d’une très grande maîtrise de la rhétorique confucéenne, est composé d’une centaine de maximes inspirées de la tradition gréco-romaine sur l’amitié : l’écho d’Aristote et de Cicéron s’y fait entendre à chaque page. Afin de nous introduire à ce cas exemplaire d’échange intellectuel entre l’Occident et la Chine, ce premier plaidoyer en faveur des Européens dans  ce que l’on appelle « l’Empire du Milieu », et afin de comprendre la portée considérable de cette rencontre heureuse et inattendue entre les conceptions occidentale et chinoise de l’amitié, il faut d’abord préciser le contexte historique de la rédaction du Traité, et bien saisir la nature de son genre littéraire. Il faut ensuite considérer son contenu, et voir le prix que Ricci attribue à la véritable amitié et à son rapport intrinsèque avec la vertu. Enfin il faut se demander comment la communication a été rendue possible entre la conception gréco-romaine de l’amitié et celle des lettrés chinois confucéens, et quelle actualité peuvent encore avoir ces idées.