En ligne actuellement

Nous avons 265 invités en ligne

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

LXII 2 - N°250 Notre Père III: le Pain

Religions et violence

La Tradition 

Eduquer à la liberté(double)

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

20143033. Jeûne et partage dans les Sermons de Carême de saint Léon le Grand Imprimer
Écrit par DESCOURTIEUX Patrick   

Par un lent mûrissement des pratiques, la tradition a placé l’exercice de la charité
dans le prolongement direct du jeûne. Au Ve siècle, saint Léon le Grand lie, de façon
impérative, jeûne et œuvres de charité, ciments de communion, résumé de toute
vie chrétienne. Ce temps d’effort de l’Église apparaît comme temps de grâce ;
le chrétien y est invité à abandonner son égoïsme par les œuvres de miséricorde.

La première page, 33, est jointe.

 

Comme le remarquait déjà l’oratorien Louis Thomassin en 1680,
« saint Léon est celuy de tous les Pères qui a fait le plus grand
nombre de Sermons sur les jeûnes, soit du Carême, soit des quatretemps;
c’est celuy qui a le plus souvent parlé des aumones qu’il fallait
joindre aux jeûnes 1 ». Plus récemment, le pape Benoît XVI notait, dans Sauver
l’une de ses catéchèses hebdomadaires, que Léon le Grand, dans le latin
« splendide et clair » de ses sermons, avait relié « la liturgie à la vie quotidienne
des chrétiens, en unissant par exemple la pratique du jeûne à la
charité et à l’aumône, en particulier à l’occasion des Quatre-Temps, qui
marquent pendant le cours de l’année le changement des saisons 2 ». On sait
que la prédication de saint Léon constitue, dans l’histoire de l’Église, le
premier corpus homilétique pontifical dont on ait gardé la trace écrite. Aussi
étrange que cela puisse paraître, aucune homélie de la quarantaine de papes
qui l’avaient précédé n’a été conservée 3.
À Rome, où Léon exerce son ministère épiscopal de 440 à 461, la pratique
du jeûne est bien connue. Saint Jérôme en est témoin qui, dans son
cercle de nobles dames aspirant à la sainteté, a repéré une âme d’élite dont
il décrit ainsi, vers 385, la fidèle et édifiante observance : « Dans tout le
cours de l’année, Asella se nourrissait d’un jeûne continuel (jugi jejunio
pasceretur) qu’elle gardait deux ou trois jours de suite, mais, en Carême,
elle déployait largement les voiles de sa barque et passait à jeun des.....................

 


1. Louis THOMASSIN (1619-1695), Traité sur les jeûnes, Paris, 1680, p. 199.
2. BENOÎT XVI, Catéchèse du mercredi 5 mars 2008.
3. On peut, certes, citer quelques vestiges, comme l’homélie de Libère (352-366)
pour la prise de voile de Marcelline, sœur de saint Ambroise (PL 8, 1345-1350), mais
tout le reste de la prédication de ce pape est perdu.