En ligne actuellement

Nous avons 209 invités en ligne

Dernière parution

XLII, 3-4,  N°251-252, mai-août 2017 Violence et religions    posté le 10 juin

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2018 - N°255  Notre Père IV: le Pardon

 

20173011. Violence et religions Imprimer
Écrit par BRAGUE Rémi   
"Les religions" entend-on dire, sont violentes, ou favorisent la violence.  La  formule  a  pris la  valeur  d’un mantra dans certains  médias . Elle représente une échappatoire commode qui évite de s’interroger de trop près sur une religion déterminée. Ces derniers temps, des crimes sont commis au nom de l’ islam, en tout cas sous une de ses formes. Pour fuir la peur que celui-ci suscite, une tactique commode, mais magique, consiste à ne pas le nommer, et à parler, au pluriel, des religions. C’est  de la même façon que, il y a quelques dizaines d’années, on préférait, y compris en milieu clérical, évoquer les dangers que représentaient « les idéologies » pour ne pas avoir à nommer le marxisme-léninisme. Quoi qu’il en soit, il nous faut bien accepter la question sous la forme que lui donnent ceux qui font aujourd’hui l’opinion. Et essayer d’introduire un peu de clarté, en pratiquant quelques distinctions du reste assez élémentaires.

1. Contemporanéité

Commençons par une remarque de portée générale. Nous ne connaissons pas d’époque dans le développement de l’humanité, qui n’ait connu ni le fait religieux, ni la violence. On date l’apparition de quelque chose comme un sentiment religieux de la présence de pollens fossiles dans certaines sépultures préhistoriques : ceux qui à l’époque étaient déjà des hommes, vers 300.000 avant notre ère, plaçaient des fleurs sur les cadavres qu’ils enterraient. Un symbole sans doute. Symbole de quoi ? Comment le savoir ? Quant à la violence, elle est attestée par la présence de charniers d’hommes morts de blessures infligées par des armes. Ainsi, ce crâne récemment trouvé en Espagne, reste probable d’un jeune « Abel », tué il y a 430.000 ans1. La violence aurait ainsi précédé la « religion » de plus de 100.000 ans.
Une chose est sûre en tout cas : on ne trouvera nulle part de civilisation dans laquelle il n’y ait eu ni religion ni violence. Voire, on trouvera toujours les deux en même temps.
 
1 Voir N. Sala et al., « Lethal Interpersonal Violence in the Middle Pleistocene », PLoSONE 10 (5), 2015 : e0126589. doi  : 10.1371/journal.pone.0126589
11