Rechercher

Prochains numéros

20072011. De l’inconscient à l’autre. Malaise dans la culture aujourd’hui Imprimer
Écrit par JNOËL Jean-François   

Thème

Une lecture du « Malaise dans la culture » de Sigmund Freud

La lecture ici proposée du Malaise dans la culture met en évidence le rôle privilégié de l'autre, soit de la culture dans cette quête du moi qu'est l'écoute de l'inconscient. Conflit suscité par la rencontre de la culture et de l'homme, le malaise s'accroît aujourd'hui quand, dans ses formes dénaturées, la culture trompe l'homme, imposture d'autant plus aiguë qu'elle veut l'affranchir de ses convictions religieuses.

la première page, 11, est jointe.

L’HOMME contemporain s’est accoutumé à l’idée de l’inconscient.

Cela n’a pas été sans dommage vis-à-vis de ce qu’il croyait être sa sacro-sainte intégrité. Mais la chose semble acquise et définitivement acquise : il est habité par quelque chose qu’il ignore et qu’il ne domine pas, et il le reconnaît. Quant à savoir ce que cet inconscient représente pour lui, on serait peut-être surpris de constater à quel point, dans son imaginaire, les pulsions reprennent trait pour trait les images des divinités souterraines des religions antiques. Elles n’étaient donc pas totalement inconnues.

Ce qui est nouveau, c’est que ces Furies ou ces Euménides (les « Bienveillantes »[[Jonathan LITTELL, Les Bienveillantes, Gallimard, Paris, 2006. L’intérêt porté à ce livre ne tient pas au fait qu’il relève d’une analyse incisive et courageuse de l’obscurité de l’inconscient avec la question sous-jacente : « Est-on sûr d’avoir vaincu ces forces de destruction et de haine que les hommes ont pu laisser vivre à un moment donné de notre histoire, ou devons-nous craindre leur retour ? »]]), entre autres, ne sont plus à l’extérieur, mais à l’intérieur de lui. La première conséquence en est que l’homme se retrouve désormais partagé. D’un côté, il sait qu’il vaut mieux, par prudence, ne pas trop s’en approcher et les réveiller – antique sagesse grecque – de l’autre, il serait prêt à reconnaître que ce côté « force obscure » n’est pas forcément pour lui déplaire. Au fond, le mot « inconscient » est venu donner une raison et un nom à ce (p.11)...

La lecture ici proposée du Malaise dans la culture met en évidence le rôle privilégié de l'autre, soit de la culture dans cette quête du moi qu'est l'écoute de l'inconscient. Conflit suscité par la rencontre de la culture et de l'homme, le malaise s'accroît aujourd'hui quand, dans ses formes dénaturées, la culture trompe l'homme, imposture d'autant plus aiguë qu'elle veut l'affranchir de ses convictions religieuses.

...

Jean-François NOËL