En ligne actuellement

Nous avons 209 invités et 1 membre en ligne
  • leosympa

Rechercher

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

LXII 3/4 - N° 251-2 Religions et violence : prévu début juin en numéro double mai-août

 LXII 5 - N° 253 La Tradition septembre-octobre

 LXII 6 - N° 253 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Abonnés enregistrés

Pour recevoir le courrier de Communio et avoir accès aux numéros épuisés.





19886. La souffrance
XIII, N° 80, 6 - novembre-décembre 1988 Acheter ce numéro

19886004. La souffrance, un problème ou une tâche? Imprimer
Écrit par Peter HENRICI   

éditorial

Peter HENRICI

Avant d'être une question à Dieu, la souffrance est une question à l'homme, à qui elle demande d'être pleinement humain. C'est Dieu qui, en la souffrance du Christ, donnera cette pleine mesure de l'humain

Les deux premières pages, 4-5, sont jointes.

 
19886011. «Sois sage, ô ma douleur...„ Imprimer
Écrit par Vincent CARRAUD   

Problématique

La double revendication contemporaine du droit au plaisir et du droit à l'abolition de la souffrance est contradictoire : elle méconnaît la nature commune du plaisir et de la douleur, en laquelle se joue habituellement la relation à son propre corps.
 
19886015. Sens et non-sens de la douleur Imprimer
Écrit par Xavier TILLIETTE   

Xavier TILLIETTE

Comment la seule philosophie pourrait-elle rendre raison de la souffrance ? Ses consolations éventuelles tiennent-elles face à la réalité, au scandale du fait de souffrir ? Sans doute peut-elle dire que notre condition finie implique la souffrance, de quelque manière que ce soit. Mais, pour dire plus, et rester encore crédible, il lui faudrait accéder à une «métaphysique de la charité ». Le peut-elle ?
 
19886023. Du tragique chrétien : Shakespeare et l'Évangile Imprimer
Écrit par Jean DUCHESNE   

Intégration

Jean DUCHESNE

La souffrance - c'est ce que la tragédie met en scène. Mais peut-on concevoir un tragique proprement chrétien ? En théorie, les modernes ont le plus souvent répondu non. En fait, Shakespeare répond oui. Le tragique de Hamlet et du Roi Lear ne se comprend qu'à partir d'une double méditation de saint Paul, et Macbeth à partir de Luc 11.

La Révélation serait-elle le lieu même du tragique, comme théo-dramatique?

 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3