En ligne actuellement

Nous avons 462 invités en ligne

Rechercher

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

 LXII 6 - N° 254 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Abonnés enregistrés

Pour recevoir le courrier de Communio et avoir accès aux numéros épuisés.





19935. Conscience ou consensus

XVIII - n°109, 5, septembre-octobre 1993

La conscience est en tout homme le lieu d’une liberté qui n’est pas l’arbitraire mais la compréhension du bien à l’épreuve des cas particuliers.

Ce pouvoir de discernement n’est pas tout fait. Il doit être formé, mais peut toujours l’être grâce à l’expérience du bien et de la Révélation.

En se révoltant contre le fait établi, la conscience renouvelle la société. Elle peut alors fonder un consensus qui ne soit pas seulement celui du moindre mal.

Acheter ce numéro

19935005. Y a-t-il une conscience chrétienne? Imprimer
Écrit par Marie-Christine GILLET-CHALLIOL   

Éditorial

La conscience est un principe commun à tous les hommes. Mais, pour le chrétien elle est la vie la plus intime de l'Esprit en l'homme. Elle est alors au coeur de l'action morale, et dépasse la prétendue opposition du droit et de la morale : la conscience est le pouvoir d'incarner les principes à l'épreuve de cas particuliers. Elle n'est ni une loi abstraite, ni une subjectivité vague.

La première page, 5, est jointe.

 
19935012. Pour une éthique évangélique Imprimer
Écrit par Olivier O'DONOVAN   

Questions : La conscience au coeur de la morale

Une éthique fondée sur l'Évangile a sa source dans la résurrection du Christ, qui sauve toute la création. Notre action doit s'appuyer sur l'ordre objectif du créé : éviter aussi bien la tentation d'Adam, celle de prétendre créer nos propres lois, que l'obéissance figée à des commandements divins privés de leur contexte. Nous pour­rons alors dépasser l'antithèse de la loi et de la liberté, appliquer tout l'Évangile, grâce à la charité.

 

 
19935023. La conscience et l'erreur Imprimer
Écrit par Servais PINCKAERS   

Que veut dire saint Thomas, lorsqu'il affirme qu'il faut toujours suivre sa conscience, même erronée ? Souvent mal interprétée, l'invocation de la conscience contre la loi risque de favoriser la conviction personnelle au détriment de la morale. L'auteur rappelle les fondements de la doctrine de saint Thomas : si la conscience peut être erronée, sa source, la syndérèse, sens naturel et infaillible du bien et du mal, nous conduira toujours vers la vérité.

 
19935036. L'intériorisation des normes : un problème naturaliste Imprimer
Écrit par Reinhard LOW   

Pour le chrétien, la conscience est un juste milieu entre deux interprétations : déterministe (la conscience ne fait qu'intérioriser des fonctions naturelles), et subjective (entendue comme autonomie absolue). Toutes deux ignorent que la conscience est l'exigence d'un bien en soi, et non seulement de règles de conduite toutes faites, ou du bien pour moi. Elle est aussi une disposition, à éduquer et à développer, qui sera alors un indicateur précieux de la rectitude morale de nos actions.

 

 

 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3