En ligne actuellement

Nous avons 567 invités en ligne

Rechercher

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

 LXII 6 - N° 254 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Abonnés enregistrés

Pour recevoir le courrier de Communio et avoir accès aux numéros épuisés.





19914. Bienheureux les affligés

XVI, 4 n°96, - juillet-août 1991

Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés

Ici s’exhibent les formes contemporaines de l’apitoiement général et se déverse le sentimentalisme de toutes les solidarités.

Il n’est pas moins facile, à l’inverse, de voir dans la béatitude le signe par excellence de l’aliénation, et d’y dénoncer l’avenir d’une illusion.

Mais le chrétien ne dispose pas plus de la souffrance d’autrui qu’il n’est le propriétaire de la consolation de Dieu.

La consolation des affligés prend sens dans l’accueil théologal du mystère pascal, car il n’y a qu’un Rédempteur, et qu’un Autre Consolateur, l’Esprit de Dieu.

Acheter ce numéro

19914001. Exergue Imprimer
Écrit par Pascal   
 
19914004. La béatitude de la consolation Imprimer
Écrit par Guy BEDOUELLE   

Éditorial

 La béatitude des affligés est aussi la bénédiction de la consolation : mécomprise et vulnérable, elle peut même, en notre époque de sentimentalisme social, devenir un nouvel alibi de la bonne conscience

Il faut y retrouver le réalisme de l'Incarnation et de la Rédemption : la consolation qu'elle annonce est d'ordre théologal.

 
19914009. Le Dieu de toute consolation Imprimer
Écrit par Ysabel de ANDIA   

Problématique

  La consolation est le ministère prophétique par excellence, qui « parle au coeur » après qu'il a été « mis à nu ». Seul Dieu peut consoler son peuple ; seul le Christ, qui a été jusqu'au bout de la désolation dans sa Passion, peut consoler les affligés ; seul l'Esprit peut donner à l'église et à l'âme la consolation de l'amour.
 
19914030. De l'insoutenable Imprimer
Écrit par Olivier BOULNOIS   
 La souffrance est éminemment personnelle : singulière, incommunicable, absurde. Nul ne peut donc imposer un sens universel à la souffrance, pas même les justifications métaphysiques. En revanche, chacun peut décider, pour soi-même, d'y reconnaître le paradoxe du Christ : la gloire est manifestée par la croix.
 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3