En ligne actuellement

Nous avons 587 invités en ligne

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

LXII 3/4 - N° 251-2 Religions et violence : prévu début juin en numéro double mai-août

 LXII 5 - N° 253 La Tradition septembre-octobre

 LXII 6 - N° 253 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

20172. Notre Père III: notre Pain
Acheter ce numéro

20172029. L’énigme du pain dans la demande du Notre Père (Matthieu 6,11 et Luc 11,3) Imprimer
Écrit par Yves Simoens   
Comprendre le sens exact de l’adjectif « epiousios », communément traduit par « quotidien », requiert de tenir compte du contexte plus large de l’Ancien Testament et des deux traditions évangéliques. « Suffisant » semble le sens le plus exact à la condition de l’éclairer surtout par les Prophètes selon Matthieu, par les écrits de Sagesse selon Luc. Le souci de la volonté du Père chez Matthieu et du pardon chez Luc fait de ce pain le viatique – à portée eucharistique – de tout croyant ici-bas.
 
20172041. Trois pains pour les Pères de l’Église Imprimer
Écrit par Christian Boudignon   
 – À propos des interprétations patristiques de la quatrième demande du Notre Père Les trois pains correspondent à trois traditions de commentaire issues de Tertullien, Origène et Grégoire de Nysse. Tertullien analyse le pain demandé comme le pain eucharistique et le pain nécessaire à la vie ; « epiousios » est rendu par « quotidien ». Origène voit dans le pain l’enseignement spirituel du Christ et rapproche « epiousios » de « substance » ou d’ « essence ». Grégoire de Nysse revient à l’interprétation du pain comme celui qui permet de satisfaire un besoin nécessaire ; « epiousios » devient synonyme de « ephémèros », « pour la journée »
 
20172055. Demander à Dieu ce que nous faisons Imprimer
Écrit par Jacques Servais   

 — À propos d’une pensée attribuée à saint Ignace de Loyola

Faut-il laisser l’avenir entre les mains du Seigneur ou au contraire s’engager de toutes ses forces pour que cet avenir soit conforme à la volonté divine ? Comment instaurer un juste rapport entre l’abandon à la Providence et l’exercice de notre liberté de chrétiens ? Dans son exposé sur la quatrième demande du Notre Père, le Catéchisme de l’Église Catholique renvoie à ce propos à un énigmatique adage ignacien dont cet article dégagera la véritable signification.

 
20172065. Don du pain et combat de la persévérance Imprimer
Écrit par Jean-Pierre Batut   
 Le disciple qui vient de prier le Père de sanctifier son Nom, de faire venir son Règne et de faire advenir sa Volonté se trouve, avant d’aborder la deuxième partie du Notre Père, devant une évidence : le premier lieu où cette Volonté est sans cesse bafouée se situe dans sa propre existence. Il lui faut franchir cet abîme entre lui et son Dieu, emprunter le pont qu’est le Christ, recevoir le fruit de son geste pascal dans le pain quotidien. Recevant et mangeant ce pain pour continuer à recevoir la Vie, le croyant abandonne alors tout souci pour la fécondité de sa vie, à laquelle le Christ a déjà pourvu.
 
20172075. La dynamique du Notre Père Imprimer
Écrit par Bernard Pottier   

Lectures du Notre Père

  – Le commentaire de Maxime le Confesseur (c. 580-662)

Selon Maxime le Confesseur, le Pater nous fait parcourir de haut en bas toute la Création, depuis la Trinité créatrice en passant par les anges vers l’homme déchu, jusqu’au Malin qui veut nous empêcher de rejoindre notre Créateur. Cette vision contemplative amorce une dynamique ascétique et mystique de retour vers le Père, à l’image du Verbe qui, dans son abaissement, nous montre le chemin de la douceur et de l’humilité. La capacité de pardonner est alors l’indice de notre remontée vers Dieu.

 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 de 3