En ligne actuellement

Nous avons 618 invités en ligne

Rechercher

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

 LXII 5 - N° 253 La Tradition septembre-octobre prévu pour fin septembre

 LXII 6 - N° 253 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Abonnés enregistrés

Pour recevoir le courrier de Communio et avoir accès aux numéros épuisés.





19931. Décalogue II: le Nom de Dieu

XVIII, 1 - n° 105 janvier-février 1993

"Tu ne prononceras pas en vain le nom de Yahvé ton Dieu, car Yahvé ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom en vain" (Exode 20,7)


Le second commandement du Décalogue, le plus intempestif, est aussi le plus fondamental.

Il souligne d'abord la gravité de la personne humaine, et rejette tous les péchés de langue: faux serment, blasphème, mensonge.

Mais surtout il nous engage à respecter toute parole, divine et humaine, à confesser la sainteté du Nom de Dieu, à conformer notre vie à la sainteté de la Parole.

Ainsi, la parole et l'acte ne s'opposent plus. La morale n'est autre que la traduction de la sainteté de Dieu das notre vie.

Car le Nom de Dieu doit être sanctifié sur la terre comme au ciel.

Acheter ce numéro

19931005. La morale ou la sainteté ? Imprimer
Écrit par Olivier Boulnois   

Éditorial

Faut-il opposer l'appel de tous à la sainteté, que nous confessons volontiers, et les commandements de la morale, qu'imposerait seule l'autorité de l'église ?

La première page, 5, est jointe

 
19931008. Saint est son Nom : de la Sainteté de Dieu à la sainteté des hommes Imprimer
Écrit par Michel SALES   

La sainteté du Nom de Dieu

Le Nom de Dieu est celui qu'il a bien voulu révéler librement à Moïse, pour signifier le salut qu'il apportait à Israël, et qui se réalise en Jésus pour toutes les nations : « Dieu sauve » est donc à la racine de toute action de grâce. Cela implique aussi une dignité et un devoir pour celui qui le reçoit : vivre de la sainteté divine.
 
1993025. La vie en son Nom : Jean et sa théologie du Nom Imprimer
Écrit par Grégoire ROUILLER   
Quand saint Jean évoque le Nom du Père ou celui du Fils, il nous livre un « écrin » à l'intérieur duquel prennent place tous les autres qualificatifs : écrin qui convoque la Présence de Dieu mais en respecte le mystère.
 
19931033. Nommer Dieu : Variations saussuriennes sur le tétragramme et le Buisson ardent Imprimer
Écrit par Daniel BOURGEOIS   
Dans le récit de l'Exode, la vision et la révélation du Nom ont même significations : de même que Dieu (la flamme) est présent dans son peuple (le buisson) sans que cette présence ne détruise le peuple choisi comme lieu de la manifestation, le tétragramme se comprend comme invocation et célébration de la Présence

Imprononçable, il est la condition de possibilité de tous les Noms divins, signifiant la transcendance absolue au coeur de la Présence la plus intime.

 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3