En ligne actuellement

Nous avons 278 invités en ligne

Rechercher

Abonnés enregistrés



Menu Numero test

Prochains numéros

2017

LXII 2 - N°250 Notre Père III: le Pain

Religions et violence

La Tradition 

Eduquer à la liberté(double)

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Abonnés enregistrés

Pour recevoir le courrier de Communio et avoir accès aux numéros épuisés.





19971. Décalogue VI : Tu ne commettras pas d'adultère

XXII, 1 n°129 janvier-février 1997

Le sixième commandement n’est-il pas tombé en désuétude ?
La pratique de plus en plus répandue de la cohabitation juvénile et de l’union libre ne le rend-elle pas sans objet ?
L’interdiction de l’adultère a-t-elle une pertinence dans une société où le mariage semble avoir perdu tout sens ? 

Acheter ce numéro

19971003. Exergue Imprimer
Écrit par Paul CLAUDEL   

Le Vice‑Roi. ‑ Ô compagne de mon exil, je n'entendrai donc jamais de ta bouche que ce non et cet encore non!

Dona Prouhèze. ‑ Eh quoi, noble Rodrigue, aurais‑tu donc voulu que je remette entre tes bras une adultère ?

 Paul Claudel, Le soulier de satin, troisième journée, scène XIII. 


 

 
19971011. Le droit et le temps de l'amour Imprimer
Écrit par Vincent CARRAUD   

éditorial

La visée positive de la sixième parole du Décalogue a souvent été mise en valeur: le mariage monogamique, qui est la figure de l'union indéfectible du Christ et de l'église. Mais on ne s'est peut être pas assez interrogé sur la pertinence actuelle du commandement lui même, en sa forme négative, dans une société qui semble l'avoir passablement disqualifié. Le Christ l'arrache à la juridicité de l'Ancien Testament pour fonder théologalement la morale. C'est pourquoi les chrétiens prennent le risque de l'adultère, c'est à dire croient en la grâce de la fidélité.

Les pages 11 et 12 sont jointes.

 
19971021. La chasteté de Jésus Imprimer
Écrit par Xavier TILLIETTE   

Thème

Peut on parler de la vertu de chasteté à propos de Jésus, quel peut être 21 « son emploi dans la parfaite immunité de son innocence ? » Chercher dans l'humanité du Christ quelque connivence avec le péché, quelque emprise de la sexualité, c'est oublier que dans la kénose de l'incarnation le fils reste Fils de Dieu. Et que, bien loin de neutraliser sa virilité, la charité lui donne sa pleine stature.
 
19971027. Chasteté et « refus de prendre », Jésus devant la tentation originaire Imprimer
Écrit par Mgr Jean-Pierre BATUT   
De quelle manière le Christ a-t-il été tenté et quel rapport y a-t-il entre les tentations qu'il a subies et la chasteté ? Si la personne du Fils échappe au péché originel, elle a connu la tentation originaire qui est refus de la filiation. En triomphant de la tentation par « le refus de prendre », le Christ manifeste sa chasteté qui est adhésion indéfectible à celui qui donne.
 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3