Rechercher

Prochains numéros

Numéros en ligne : 1993
  • Heureux les miséricordieux   ( 16 Articles )

    XVIII, 6 - n°110, novembre-décembre 1993

    La miséricorde manifeste la surabondante justice du Père.
    Gratuite et absolue elle s’étend d’âge en âge.
    Attestée par la croix du Christ, elle est l’unique espoir de l’homme.

  • L'acte liturgique   ( 11 Articles )

    XVIII, 4 - n°108, juillet-août 1993

    La réforme liturgique a eu lieu, Mais s’est-on suffisamment interrogé sur ses fondements ?


    La liturgie n’est pas seulement une œuvre toute faite, un ensemble de paroles et de gestes ayant une valeur symbolique.

     

  • L'écologie - Heureux les doux   ( 18 Articles )

    XVIII, 3 - n°107, mai-juin 1993

    "Heureux les doux parce qu’ils auront la terre en héritage" (Mathieu 5, 4)

    Les problèmes de l’environnement rendent urgente une politique écologique. Mais sur quels fondements ?
     
    Il importe de rappeler que la nature est faite pour l’homme et non l’homme pour la nature. Pourtant l’homme na pas pour fin de plier la nature à ses caprices, mais de la reconduire à Dieu.

    L’homme a été créé à l’image de Dieu pour mettre en valeur la terre et non seulement pour l’admirer. C’est ainsi qu’il recevra la terre en héritage.

    Déjà le Christ est celui qui le réconcilie avec la nature. Dans l’Église et ses sacrements, l’écologie relève de la vraie douceur, à ne pas confondre avec la mièvrerie.
  • Conscience ou consensus   ( 12 Articles )

    XVIII - n°109, 5, septembre-octobre 1993

    La conscience est en tout homme le lieu d’une liberté qui n’est pas l’arbitraire mais la compréhension du bien à l’épreuve des cas particuliers.

    Ce pouvoir de discernement n’est pas tout fait. Il doit être formé, mais peut toujours l’être grâce à l’expérience du bien et de la Révélation.

    En se révoltant contre le fait établi, la conscience renouvelle la société. Elle peut alors fonder un consensus qui ne soit pas seulement celui du moindre mal.

  • Décalogue II: le Nom de Dieu   ( 11 Articles )

    XVIII, 1 - n° 105 janvier-février 1993

    "Tu ne prononceras pas en vain le nom de Yahvé ton Dieu, car Yahvé ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom en vain" (Exode 20,7)


    Le second commandement du Décalogue, le plus intempestif, est aussi le plus fondamental.

    Il souligne d'abord la gravité de la personne humaine, et rejette tous les péchés de langue: faux serment, blasphème, mensonge.

    Mais surtout il nous engage à respecter toute parole, divine et humaine, à confesser la sainteté du Nom de Dieu, à conformer notre vie à la sainteté de la Parole.

    Ainsi, la parole et l'acte ne s'opposent plus. La morale n'est autre que la traduction de la sainteté de Dieu das notre vie.

    Car le Nom de Dieu doit être sanctifié sur la terre comme au ciel.

  • Homme et femme il les créa   ( 15 Articles )

    XVIII, 2 --n°106, mars-avril 1993 _ les 20 ans de Communio

    "Dieu créa l’homme à son image,
    à l’image de Dieu il le créa,
    homme et femme il les créa." Genèse, 1, 27)

    La différence sexuelle est essentielle à l’humanité de l’homme :
    au point que le récit des origines ne la mentionne pour aucun autre animal, et qu’à la fin, la résurrection des corps ne l’abolit pas.

    Car nul n’est l’humain à soi seul, et la relation marque l’incarnation de l’homme.

    Quant à Dieu, il est père sans être mâle, de cette paternité sans virilité qui n’autorise aucune supériorité du masculin sur le féminin.

    L’Église n’est donc ni machiste ni féministe.

    La nouvelle Alliance ne supprime pas l’altérité mais la restitue à sa vocation première : Il y a enfin l’homme et la femme.