Rechercher

Prochains numéros

Numéros en ligne : 2008
  • La Transfiguration - Mémorial Eucharistique   ( 17 Articles )

    XXXIII, 1 n°195 janvier-février 2008

    Le mystère de la Transfiguration est abordé à travers la Bible et le regard théologique, mais aussi grâce à la peinture ou la photographie contemporaine, comme lieu d’une récapitulation de l’histoire du salut.
    C’est la Révélation parvenue jusqu’à nous qui prend un jour nouveau dans cet épisode aussi énigmatique que riche de sens.
    Comme les apôtres, nous sommes menés de la lumière fugitive de la vision à l’écoute d’une Parole : elle nous invite à suivre le Christ jusque dans le ténèbres (Luc 23, 44), pour retrouver, comme à tâtons, notre vocation de lumière.

  • La Bonté   ( 9 Articles )

    XXXIII, 2 n°196 -mars-avril 2008

    Comment maintenir la Bonté du Dieu créateur et l’existence du mal dans sa création ?
    Comment concilier la Bonté de Dieu et celle de l’homme ? ce cahier scrute le sens de l’affirmation qui scande le récit de la création dans le livre de la Genèse : Et Dieu vit que cela était bon"
    L’enquête se poursuit auprès des Pères de l’Eglise : toute la Tradition soutient cette insoutenable bonté que vient contredire l’expérience humaine ; Et pourtant, si Dieu seul est bon, par le Christ qui est l’image du Père, cette bonté devient accessible à tous les hommes, pour peu qu’ils se mettent à la suite du Christ.
    Aujourd’hui les nouveaux saints respirent la Bonté (Thérèse de Lisieux, Mère Térésa, le "bon Pape Jean-Paul II", etc...)

    Le prieur actuel de Taïzé trace un portrait émouvant de Frère Roger le fondateur.

    Le succès du 150ème anniversaire des apparitions de Lourdes.

  • Jean-Marie Lustiger   ( 18 Articles )

    XXXIII, 3 n°197, mai-juin 2008

    "Né juif,devenu chrétien par la foi et par le baptême, demeuré juif comme le demeuraient les apôtres", le cardinal Lustiger (1926-2007) exerça sa mission dans sa fidélité à la mémoire de l’Alliance.
    Ce cahier veut lui rendre hommage : il éclaire certains de ses choix - la formation théologique des prêtres et des laïcs, son combat pour la dignité de l’homme toujours menacée par le paganisme -, il scrute sa réflexion sur l’histoire et rappelle que les chrétiens ne peuvent se couper de leur racine, Israël, au sein duquel Dieu a fait naître son Fils, Jésus-Christ, "lumière pour éclairer les nations et gloire d’Israël , son peuple".
    Ainsi, juifs et chrétiens doivent défendre ensemble l’humanité de l’homme, parce qu’ils sont co-responsables, pour l’homme et pour le monde, des promesses du Messie.

  • Foi et Féerie   ( 9 Articles )

    XXXIII, 6 n°200 novembre-décembre 2008

    La saga de Harry Potter, les Chroniques de Narnia, Le Seigneur des Anneaux relèvent de ce que Louis Bouyer appelait "littérature féerique".
    Cette poésie de notre temps est loin d’être une littérature d’évasion ou d’illusion, elle introduit au contraire à un domaine qu’il est vital à l’âme humaine d’explorer, si elle doit comprendre le réalisme de l’espérance.
    En ce sens, le succès de la féerie ne devrait pas inquiéter les chrétiens, mais les réjouir, s’ils en reconnaissent la portée spirituelle et le rôle qu’elle peut jouer dans la "préparation à l’Évangile".

    Sur le même thème le site de Communio Allemagne propose sa dernière revue dont l’éditorial est : Fantasy – Gefahr oder Chance für den Glauben ?

  • Henri de Lubac: L'Eglise dans l'histoire   ( 10 Articles )

    XXXIII, 5 n°199 septembre-octobre 2008

    Le premier livre publié par le Père Henri de Lubac, en 1938, Catholicisme, fut un maître-livre. 70 ans après sa publication, il inspire plus que jamais la réflexion.
    Aussi un colloque centré sur ce livre, récemment organisé par Communio, a-t-il réuni des enseignants de diverses facultés de théologie francophones.
    L’Église s’y découvre dans toutes ses dimensions, dans ce que le Père Henri de Lubac appelle son "paradoxe" et son "mystère" grâce au jeu desquels l’histoire des hommes prend sa portée spirituelle, de sorte que s’y nourrit l’espérance que Dieu conduit les hommes au salut.

  • Liberté et responsabilité   ( 9 Articles )

    XXXIII, 4 n°198 juillet-août 2008

    Nos consciences modernes oscillent entre une responsabilisation juridique à tout va et le rejet global d’une responsabilité morale immédiatement rapportée à la culpabilité.
    Retrouver le sens authentique de la responsabilité requiert de ne pas l’identifier à l’imputabilité, résolument tournée vers le passé (qui peut répondre de tel acte, déjà accompli ?), mais de la convertir vers l’avenir.
    Ce n’est qu’en sachant espérer (qu’il s’agisse de l’espoir dans l’histoire ou de sa variante eschatologique, l’espérance, qui tend vers un au-delà de l’histoire) que l’on pourra être pleinement et librement responsables.