Rechercher

Prochains numéros

Numéros en ligne : 2011
  • Ascension-Pentecôte   ( 19 Articles )

    XXXVI, 1-2  n° 213-214  janvier-avril  2011

     

     

     Sous la direction de Guy Bedouelle, op, recteur de l’Université Catholique de l’Ouest 

     

       Ascension-Pentecôte sont deux événements inséparables : L’Ascension est à relier au mystère de la Transfiguration avec la présence de Moïse (la montée sur la Montagne pour recevoir la Loi)  et d’Elie (son enlèvement  sur  un char de feu préfigure l’Ascension du Christ). Le récit de l’Ascension dans les Actes annonce le retour du Christ. La Pentecôte répand les dons aux hommes : déjà la fête des Tentes  célébrait le don de la torah et la fête des récoltes. Maintenant, c’est le don d’une terre nouvelle, avec les 4 éléments : l’air (l’Esprit Saint), le feu (les langues de feu), la terre (envoi des disciples sur toute la terre) et l’eau pour baptiser les nations. Le Christ nous fait don de l’Eglise en nous y incorporant, par le don des charismes qui bâtissent l’Eglise, le don de la parole et le don de la charité. La Pentecôte est l’anti-Babel : la langue unique qui unit tout est la charité.

     

    INFORMATIONS AUTEUR(S) (profession, ville d’origine…) :

    Guy Bedouelle, op, recteur de l’université catholique de l’ouest ;

    J.P. Batut, évêque auxiliaire de Lyon ;  

    Henry de Villefranche, enseignant aux Bernardins ;

    Sœur Eliane, carmélite du monastère byzantin Saint-Élie de Saint-Rémy (Côte d’Or), a publié plusieurs études sur les prophètes Élie et Élisée dans la littérature chrétienne ancienne et dans la liturgie byzantine ;

    Augusto Barbi, professeur d’exégèse à l’université de Vérone ;

    Ivica Raguz responsable de l’édition croate de Communio, présente l’Ascension et la Pentecôte dans l’iconographie orthodoxe.

     Consulter aussi:

    19861. l'Esprit Saint  XI, 1 - janvier-février 1986  disponible en pdf

     

     

     

     

  • Barth et Balthasar   ( 13 Articles )

    XXXVI, 3 n° 215 mai-juin 2011

    À quelles conditions la théologie peut-elle dire Dieu ? Analogie, dialectique sont-elles recevables ? Karl Barth, on le sait, usait du vocabulaire de la dialectique et récusait violemment l’analogia entis. Hans Urs von Balthasar lui répondit à travers toute son œuvre : c’est ce dialogue qui est ici posé, primordial pour toute théologie œcuménique soucieuse de prononcer des mots valides quand nous nous parlons de Dieu.

     Éditorial_______________________________________________________________

     

    Serge Landes et Philippe Dockwiller

     

    Thème_________________________________________________________________

    Thierry-Dominique HUMBRECHT : L’analogie au travail. Son importance en théologie, lorsqu’elle est présente et aussi lorsqu’elle manque

    Manfred Lochbrunner : L'incroyable histoire de la genèse du   livre de Hans Urs von Balthasar sur Karl Barth

    Denis Müller : « Forme de pensée protestante » et « forme de pensée catholique » ? Le débat autour d’une théologie christocentrique intégrative et vraiment dialectique

    Peter HENRICI : Hans Balthasar et Hans Küng: deux interlocuteurs de Karl Barth

    Philippe DOCKWILLER : Analogia entis et “analogie théâtrale ” à lépreuve de   la Dramatique divine  

    Vincent Holzer : Possibilités et limites d’une christologie « a priori » - Hans Urs von Balthasar lecteur de Karl Barth

     

    Signets_________________________________________________________________

    Denise Vincent : Cana Samarie, une pastorale pour couples engagés dans une nouvelle union après un divorce, ou une séparation

    Guy BEDOUELLE : Le manteau de l’ironie                     

    Didier-Marie GOLAY : Edith Stein : « Le Carmel du Prophète Élie »

    Jan-Heiner TÜCK : Passion de l'Amour - À propos du livre du pape, Jésus de Nazareth

       Le numéro : 12€

     

  • Art et Créativité   ( 10 Articles )

    XXXVI n°216 juillet-août 2011

    Annexant une catégorie théologique, l’art moderne s’est défini comme création ; doit-on considérer, en cet héritage, que l’art contemporain est créatif ? L’emploi proliférant de cet adjectif signale-t-il une intention spiritualisante ou bien le défaut de sa dimension divine ? Tandis que l’art contemporain prétend détenir une autorité selon l’utopie d’un continuel renouvellement — une adhésion entière à la durée, une indistinction du futur et de l’avenir —, la foi authentique maintient des rites et des sacrements, s’attache à ce qui demeure. Comment l’émotion circonstancielle peut-elle rencontrer la croyance en la vie éternelle ?
     Prévisualiser

    Éditorial
    Serge LANDES
    : L’art entre beauté et vérité


    Œuvre ou créativité ?

    Olivier BOULNOIS : Au-delà de la créativité
    Isabelle SAINT-MARTIN
    : Quelle place pour l’art contemporain dans les églises ?
    Jérôme THÉLOT : La vérité selon la photographie


    Nihilisme ou transcendance ?
    L'atelier du contemporain : Entretien de Jérôme ALEXANDRE avec Didier LAROQUE
    Éric de CHASSEY : Art spirituel, art spiritualisant aujourd’hui
    Didier LAROQUE : L’art martyr de l’art


    L’idole ou l’icône ?

    Serge LANDES : La tentation de l'idolâtrie - Sur Moïse et Aaron d’Arnold Schoenberg
    Michel COSTANTINI : Petit abécédaire de la Sainte Face : II. Modernités, et d’un pays sans Véronique


    Signet
    Olivier de BERRANGER : La question du développement dogmatique chez Newman

  • L’ÉGLISE APOSTOLIQUE   ( 3 Articles )

     XXXVI, 5    n°217 septembre–octobre 2011 

    Comment rendre compte du fait que les évêques succèdent aux apôtres sans interruption, au point de garantir par leurs personnes la permanence de la dimension apostolique de l’Église ? La notion de succession collégiale, mise en valeur par Vatican II dans Lumen gentium, permet d’éviter l’écueil qui consisterait à se focaliser exclusivement sur la succession individuelle aboutissant à chacun des sièges épiscopaux actuels. En même temps, un équilibre subtil est réalisé pour ce qui est de l’exercice du mandat ainsi conféré : chacun est responsable de toute l’Église, nul ne l’est sans les autres. Ainsi formulée, la succession échappe aux pièges du modèle autocratique comme du modèle démocratique.

     

    Éditorial­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­______________________________________________________________________________

     

     Denis DUPONT-FAUVILLE 

     

    Thème________________________________________________________________________________

     

    Denis DUPONT-FAUVILLE : Les Douze et la succession collégiale

    Une lecture de Lumen gentium

     

    Andreas Merkt : « Ministère de la tradition » et « charisme de la vérité »                 

     La signification théologique de la succession apostolique chez Irénée de Lyon et chez Augustin

     

    Hermann J. POTTMEYER : Le Magistère au service de l’apostolicité de  l’Église

    Cardinal Kurt KOCH : La dimension apostolique de l’Église dans le dialogue œcuménique

    Aldino CAZZAGO : Les « notes » de l’Église en chaque chrétien

     

    Signets_______________________________________________________________________________

     

    Benoît XVI : Qu’est-ce que la théologie ?

     

    Jean-Robert Armogathe : Sept pièces autour du Pater noster

    Prier le Notre Père avec les grandes orgues de l’Abbaye aux hommes

     

    Étienne Roulleaux Dugage : L'école catholique en débat

     

  • La démocratie   ( 11 Articles )

     

    XXXVI  6  n°218 novembre-décembre 2011

    Nos contemporains portent parfois sur l’idée démocratique un regard inquiet. L’avenir de la démocratie dans les sociétés occidentales contemporaines est-il donc menacé ? Le mot « démocratie » (sinon la chose elle-même) semble pourtant aujourd’hui organiser un consensus très vaste. La démocratie n’est-elle pas considérée désormais unanimement comme la façon la plus rationnelle et la plus raisonnable d’organiser le pouvoir dans une société juridico-politique humaine? Le mieux, dans l’espoir de pouvoir faire le partage entre les constats réalistes et les présentations exagérées, est de réfléchir à certains principes démocratiques fondamentaux et aux difficultés qu’ils rencontrent. Sur ces difficultés, il faut encore se demander ce que l’Église peut vraiment nous apporter, car l’histoire des rapports entre la démocratie et l’Église est indéniablement une histoire très tourmentée.

     

    Éditorial_______________________________________________________________

     Dominique Weber : L’avenir de la démocratie

     Thème_______________________________________________________________

     

    Rémi Brague : L’homme peut-il survivre à la démocratie ?

    Herbert Schlögel : La démocratie vit par et avec les vertus

    Jean Mesnard : Démocratie, humanisme et spiritualité

    Giuseppe Reguzzoni : La religion civile entre nationalismes et globalisation

    Jean-Robert Armogathe : l’Église catholique et la démocratie

     Cardinal  Christoph Schönborn : Corps étranger ou racine ?

                          Le christianisme et ce qu’il signifie pour l’Europe

    Éric de Moulins-Beaufort : Vie chrétienne et régimes démocratiques

     

    Dossier : la controverse sur la théorie des genres au lycée __________________

     Camille Violet : La  théorie des genres est-elle au programme de première ?

    Thibaud Collin : Genre : les enjeux d’une polémique

     

    Se référer aussi à COMMUNIO septembre-octobre 1994, Cardinal J.Ratzinger, "La religion chrétienne au secours de la démocratie, p.50