Rechercher

Prochains numéros

Numéros en ligne : 2012
  • La seconde venue du Christ   ( 20 Articles )

    XXXVII, 1-2  n° 219-220  janvier-avril 2012     

    « Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts ... » : quelle importance cet article du Credo reçoit-il aujourd’hui ? La seconde venue du Christ est le dernier mystère de sa vie, qui récapitule tous les autres. Point crucial entre le temps et l’éternité, l’Eucharistie anticipe cette venue, de façon voilée, mais comportant déjà le jugement et la miséricorde.  La vie chrétienne, dans son intégralité, demande la prise en compte de ce retour : les chrétiens doivent avoir à cœur d’appeler en vérité le Seigneur : Maranatha, viens, Seigneur Jésus !


    Éditorial_________________________________________________________________
    Jean-Robert ARMOGATHE :  La seconde venue du Christ 
    Thème__________________________________________________________________
    Pavel Vojtéch KOHUT : La vie chrétienne et l’attente de la Parousie
    Peter HENRICI : Quand reviendra-t-Il ? Réflexions philosophiques sur la date de la parousie.
    Cristian BADILITA : Le retardement de la fin du monde
    Anton ŠTRUKELJ: La venue du Seigneur dans l’Eucharistie
    Helmut HOPING : Lorsque tomberont tous les masques et toutes les injustices. À propos du jugement de Dieu sur les hommes
    Hans Urs von BALTHASAR : Méditation théologique sur le mystère de la descente à l’enfer

      Dossier : christianisme, fait culturel ?________________________________________
    Rémi BRAGUE : Des héritiers sans testament ?
    Jean DUCHESNE : Le culte, fait culturel
    Nicolas PEROT : La déchristianisation n’est pas une nouveauté.
         Chateaubriand et la modernité
    Signets__________________________________________________
    Didier LAROQUE : La chapelle  Saint-Nicolas-de-Flüe à Wachendorf
    Philippe RICHARD : Bernanos, le prêtre, et l’intelligence de la pitié
    Jean Jacques PÉRENNÈS : Brèves réflexions sur le printemps arabe vu du Caire
     
    Dossier : la famille
    ___________________________

    Antonio Maria SICARI : Fonder une famille chrétienne ?
    Giorgio  MASCHIO: Homme, femme et mariage  dans la pensée de saint Ambroise
    Cardinal Angelo SCOLA : Le mystère des noces : pour une théologie systématique ?


                       XXXVII, 1-2 n° 219-220  janvier-avril 2012


    ISSN                                                                                              Revue bimestrielle
    ISBN 978-2-915111-41-5                                                                     le numéro : 18€

     

    Eschatologies dans COMMUNIO n°221 de mai-juin 2012 et n°98 de janvier-février 1991:

    le retour du Christ dans la philosophie religieuse russe

    Temps et eschatologie en Islam et :

    La vie éternelle COMMUNIO n°98  de janvier-février 1991

     

  • Le canon des Ecritures   ( 12 Articles )

    XXXVII 3 n°221  mai-juin 2012

    Réfuté, contesté, adulé, le canon a été pendant plusieurs siècles l’objet d’ardents conflits et de nombreuses méprises. Renouvelée depuis une cinquantaine d’années, l’approche canonique est aujourd’hui très importante aussi bien dans la lecture de la Bible que dans la théologie. Qu’est-ce que le canon et comment s’est-il constitué ? Quelle définition en a-t-on donné dans le passé et quelle définition  en donne-t-on aujourd’hui ? En quoi la notion de canon est-elle aujourd’hui féconde ?

     Éditorial___________________________________________________________________________

     Régis BURNET : Le canon des Écritures - vers la fin d’une fausse question ?

     Thème____________________________________________________________________________

     Thomas Söding : Le trésor dans des vases d'argile - Le canon comme acte de la foi

    Yves-Marie BLANCHARD : Irénée de Lyon, témoin et acteur d'un Canon en genèse

     Philippe Henne : Quelle Bible pour quels Pères ?

     Olivier Artus : La lecture Canonique de l’Écriture - une nouvelle orientation de l’exégèse biblique

     SIGNETS__________________________________________________________________________

     Vincenzo RIZZO : Le retour du Christ dans la philosophie religieuse russe

     Pierre LORY : Temps et eschatologie en Islam

      Crise financière et modèles mathématiques : Entretien de Christian Walter                     avec Pierre-Alain CAHNÉ 

     Guy BEDOUELLE : Les esquisses d’un artiste

     Après la découverte, dans les sables du désert d’Égypte, d’un texte copte qui offrait de troublantes parentés avec certaines déclarations de Jésus, des revendications se sont élevées pour  qu’on inclue ce texte, « l’Évangile de Thomas », encore appelé le « 5e évangile », (que personne n’avait lu pendant quinze siècles et dont les tendances gnostiques sont évidentes) dans les textes canoniques. Ces dénominations révèlent une compréhension biaisée de la notion de « canon ». Elles le considèrent en effet comme un « label », un indice de la qualité des textes, une sorte d’AOC. De même qu’une administration contrôle des fromages ou des vins, l’Église serait en charge de donner un « visa de canonicité » à ses textes, pour en garantir l’autorité. Une fois pourvus de ce sauf-conduit, les textes deviendraient propres à la consommation chrétienne et se transformeraient en réservoirs à « vérités de foi ». Cette compréhension, récente dans l’histoire ecclésiastique, a conduit à poser de fausses questions qui ont allumé une sorte de « querelle canonique », dont nous entrevoyons peut-être la fin.

    Ont collaboré au thème de ce numéro: Régis Burnet, professeur  de Nouveau Testament à l'Université Catholique de Louvain et collaborateur de KTO. Historien spécialiste du christianisme, il a publié plusieurs livres sur les origines du christianisme, en particulier un Que sais-je ? sur Le Nouveau Testament, Paris, PUF, 2004 ; Paroles de la Bible, Paris, Seuil, 2011. Judas, l'Évangile de la trahison, Paris, Seuil, 2008. Yves-Marie Blanchard, recteur de la Cathédrale de Poitiers ; il enseigne l’exégèse du Nouveau Testament et la théologie patristique à l’Institut Catholique de Paris. Philippe Henne, dominicain belge, Professeur à la faculté de théologie (chaire de patrologie) de l'université catholique de Lille. Olivier Artus, prêtre du diocèse de Sens-Auxerre, Professeur d'Écriture Sainte à l'Institut catholique de Paris, membre de la Commission biblique pontificale.

    La partie Signets comporte un entretien avec Christian Walter sur la crise financière, qui offre un aperçu original et permet une compréhension des mécanismes en profondeur.

    Le thème eschatologique de la revue précédente "la seconde venue du Christ" se trouve prolongée  dans la philosophie russe (Vincenzo RIZZO : Le retour du Christ dans la philosophie religieuse russe) et dans l'Islam (Pierre LORY : Temps et eschatologie en Islam)

     

  • Rendre témoignage   ( 14 Articles )

    XXVII 4  n°222  juillet-août 2012; 12 €.

    Le vocabulaire du témoignage est aujourd'hui largement employé dans le discours chrétien comme dans l'enseignement de l'Église catholique. S'agit-il seulement d'un effet de mode, voire d'une transposition pieuse d'une logique militante ? Le martyr est pourtant tout sauf un militant qui partage ses convictions : il est celui qui unit en sa chair la connaissance du vrai et sa communication. En se présentant comme "le témoin" par excellence, capable de s'attester lui-même comme vérité, le Christ fait donc du témoignage un langage adéquat pour penser notre propre relation à la vérité qui se manifeste.

     

    Éditorial__________________________________________________________________

     

    Jean-Robert ARMOGATHE et Christophe BOURGEOIS :  Appel à témoins

     

    Thème___________________________________________________________________

    Christophe BOURGEOIS : Le témoin véridique

    Paolo MARTINELLI : Le témoignage chrétien, langage de la nouvelle évangélisation

    Emmanuel HOUSSET : Porter témoignage et recevoir le témoignage

    Hanna-Barbara Gerl-FalkoVitz : Qu’est-ce qui fait le témoignage du témoin ? Réflexions sur le martyre de Georges Häfner

     

    Jean-Marie LUSTIGER : Accueillir la grâce d'avoir part à l'acte du Christ

     

    Jean-Marie LUSTIGER : «Nous sommes le temple obscur où est enfouie sa gloire »

    Signets__________________________________________________________________

    François AMANECER : Athéisme contemporain et conviction chrétienne - un point de vue

    Adel Theodor KHOURY : Le Coran et la Bible

    Brice de Malherbe : Bioéthique - défis présents et à venir

    Xavier Paroutaud : Rembrandt et la figure du Christ - peindre la Révélation

    Cardinal Angelo AMATO : Les Procès de Béatification et de Canonisation

     

  • MOURIR   ( 12 Articles )

    Communio, n° XXXVII, 5 – septembre-octobre 2012

    Page 4 de couverture:

    La revue a déjà traité ce thème dans son cahier n°2, (1975), mais il est abordé ici sous l’angle plus spécifique de la fin de vie, sujet d’une brûlante actualité. Il s’agit de réfléchir à ce qui se passe durant  ce temps dont nous ne maîtrisons pas la durée. Sont abordés aussi bien la question des soins palliatifs que celle du sens  de ce qui est vécu dans ces moments souvent très durs,  ceci valant pour tout homme et pour les chrétiens en particulier. Face à toute forme de prétendues maîtrises de nos vies au nom de la dignité, nous pouvons affirmer que  mourir est un temps à vivre jusqu’au bout, parce que quelque chose de la vie éternelle commence dès la vie et ce qui se passe au moment de la mort l’atteste. Pour un chrétien, mourir est un temps unique à vivre avec le Christ.

     

     Ont participé à ce numéro, Nicolas Aumonier (maître de conférences en Histoire et philosophie des sciences à l’Université des sciences de Grenoble, et membre de la rédaction francophone de Communio, qui en a mené la problématique et rédigé l’éditorial en insistant sur le fait que mourir peut prendre du temps.

     

     Le Dr B. Denoyel  (Paris) décrit ce qui se passe dans l’unité de soins palliatifs (maison Jeanne Garnier) et L. Richard (Québec) réfute l’objection qui ferait de la sédation une « euthanasie déguisée ». A. Walker et I. Raguz rappellent le sens chrétien de la mort : mourir avec le Christ nous ouvre de manière décisive l’accès à la vie trinitaire. Mgr J.-P. Batut (évêque auxiliaire de Lyon)  réfléchit sur  le sens de l’affirmation traditionnelle «  la mort est la conséquence du péché » pour en réaffirmer la pertinence.

     

      Des approches littéraires décrivent la façon dont nos contemporains peuvent  vivre leur mort ou la solitude de celui qui reste après la disparition d’un proche. (J.-H. Tück, professeur à L’université de Vienne, édition allemande de Communio et P. Cahné, professeur émérite  de langue et littérature française de  l'université de Paris-IV -Sorbonne,  et  recteur émérite de l’Institut catholique de Paris).

     

    Enfin la partie Signets  propose une réflexion paradoxale – dont Rémi Brague (membre de l’Institut) a le secret – sur l’échec de l’athéisme et la nécessité d’une religion : l'athéisme n'a pas d'avenir, car il est incapable de répondre à une question fondamentale: en quoi est-il bon qu'il existe des hommes?

  • La Catholique Eglise   ( 12 Articles )

    XXXVII, 6, N°224, novembre-décembre 2012

    La catholicité n'est pas d'abord ce qui oppose les catholiques aux autres confessions chrétiennes, mais une note caractéristique de l'Église tout entière. Sans que l'expression soit biblique, elle apparaît dès la génération apostolique pour marquer la vocation universelle d'une Église destinée à apporter à tous la vérité du salut donné par Dieu. Constitutif de l'Église dans son ensemble, ce caractère catholique en spécifie du même coup certains traits particuliers ; destiné à tous, il doit être accueilli par chacun.

    Éditorial
    Peter HENRICI: Sommes-nous assez catholiques ?
    Thème
    Walter KASPER : La catholicité - Une unité dans la diversité fondée sur le Christ dans l’Esprit
    Elio GUERRIERO : La catholicité de l’Église chez Hans Urs von Balthasar
    Michael FIGURA : L'extension catholique selon le premier ouvrage de Henri de Lubac, Catholicisme
    Jean-Philippe GOUDOT : La catholicité par la primauté
    Roch KERESZTY : Catholicité et Mission de l’Église
    Olivier de BERRANGER : Devenir catholique : Newman
    Pierluigi FIORINI : L’Église, peuple du pardon. Remarques sur la catholicité de Manzoni
    Signets
    Jan-Heiner TÜCK : Au lieu de perdition
    Hanna-Barbara GERL-FALKOVITZ : À Dieu. Une vision inhabituelle des post-modernes