En ligne actuellement

Nous avons 472 invités en ligne

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

LXII 2 - N°250 Notre Père III: le Pain

Religions et violence

La Tradition 

Eduquer à la liberté(double)

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Numéros en ligne : 2014

La Revue catholique internationale COMMUNIO paraît tous les deux mois, parfois avec un numéro double.

  Découvrez ici, année après année, ses derniers numéros  avec tous les titres, résumés et auteurs de tous les articles.

-les textes PDF des années 1975 à 1985 sont à la disposition de tous.

-les personnes inscrites pour les "Lettres de Communio" sont informées régulièrement des autres titres disponibles et peuvent accéder aux textes de 1975 à 1999

Quelques textes importants de numéros disponibles sont aussi mis à disposition, en particulier "Communio: un programme" de Joseph RATZINGER (mars-avril 1993). Il en est ainsi aussi de revues et articles nécessaires à la compréhension de débats d'actualité, ecclésiale en particulier.

Les abonnés numériques à Communio ont de plus un accès permanent aux 6 derniers numéros publiés; pour 1 an 40€

  • JEÛNE ET EUCHARISTIE   ( 13 Articles )

    XXXIX, 3, n° 233 mai-juin 2014

    Pratique religieuse ancienne et généralisée, le jeûne a reçu du christianisme un statut particulier : dans l’attente du retour de l’Époux, il manifeste le désir de prendre part au banquet des noces de l’Agneau. Il prépare les corps et les esprits à la célébration de la Pâque. Il rend possible une participation concrète à la célébration de l’Eucharistie et se prolonge dans le partage et la solidarité.

    Éditorial
    Jean-Robert ARMOGATHE
    Thème
    Ioan MOGA : Jeûne, liturgie, eschatologie – une approche orthodoxe
    Jean-Robert ARMOGATHE : Le jeûne dans la tradition biblique et talmudique
    Patrick DESCOURTIEUX : Jeûne et partage dans les Sermons de Carême de saint Léon le Grand
    Béatrice CASEAU : Les chrétiens et la pratique du jeûne durant l'antiquité et les débuts du Moyen Âge
    Miklos VETÖ : Jeûner – Pourquoi ? Pour qui ?
    Pierre LORY : Le jeûne en islam
    Dossier : La santé
    Isabelle DURAND-ZALEWSKI : La santé des personnes peut-elle être assurée par les politiques de santé ?
    Hans Urs von BALTHASAR : La santé entre science et sagesse
    Jean-Pierre BATUT : De la nature à la gloire, la grâce de la maladie
    Valeer NECKEBROUCK : Qui est compétent pour parler de la maladie et de la santé ? Quelques aspects de la médecine traditionnelle

     

  • L’apologétique   ( 17 Articles )

    XXXIX, 1-2 n°231-232 janvier-avril 2014

    Un important colloque sur ce thème s’est déroulé fin janvier 2013 à Caen, avec la participation de plusieurs rédacteurs francophones.

    L’apologétique avait pour objet de défendre la foi chrétienne en assurant sa crédibilité, c’est-à-dire en instaurant ses préalables philosophiques. Tombée en désuétude depuis le milieu du XXe siècle, ne faut-il pas la réhabiliter pour faire face à la crise présente ?

    Oui et non.

    Non, car, comme l’œuvre de Hans Urs von Balthasar le montre puissamment, le fait de l’Incarnation se suffit : Dieu n’est connu que par Dieu.

    Oui, si la rationalité apologétique obéit au modèle de l’apologie des premiers Pères : que la foi dans le Dieu de Jésus-Christ fasse des chrétiens les athées des dieux du paganisme contemporain et de ses raisons insuffisantes.

     

    Éditorial

    Serge LANDES : Prendre la parole

     

    L’apologétique ou l’apologie ?

    Jean-Luc MARION : Apologétique et apologie

    Vincent CARRAUD : L’apologétique inactuelle, l’apologétique actuel

    Rino FISICHELLA : La place de l’apologétique dans la nouvelle évangélisation

     

    Discerner

    Peter HENRICI : Comment peut-on encore croire en Dieu sans reconnaître le Christ ?

    – Réflexions sur quelques difficultés au sujet de la création et de l’évolution

    Vincent HOLZER :  Une contre-apologétique  –  Du jugement  de crédibilité  rationnelle suffisante à  l’« évidence objective » de la Révélation

    Jean-Pierre BATUT : Prépolitique et apologétique – Réflexions à partir du dialogue entre Jürgen Habermas et Joseph Ratzinger

    Témoigner

    Marie-Françoise BASLEZ : Faut-il se défendre ? Comment se défendre ? – Discours en situation des martyrs des premiers siècles

    Émilie TARDIVEL : Le paradoxe du citoyen chrétien – L’Apologie de Justin

    Nicolas RICHARD : Une apologétique qui marche – Le cas de la Bohême au moment de la reconquête catholique du XVIIe siècle

     

    Argumenter

    Corinne MARION : Auguste Nicolas, un laïc apologiste au XIXe siècle

    Ide LÉVI : Épistémologie des croyances et apologétique – Quelques remarques à partir de Warranted Christian Belief de Plantinga

     

     Représenter

    Xavier BISARO : Défendre le chant, défendre l’Église – L’apologétique jésuite et la question musicale en France (fin XVIe – début XVIIe siècle)

    Isabelle SAINT-MARTIN : Art et apologétique en débats – Expériences des XIXe et XXe siècles

    Pascal WINTZER : Lecture chrétienne des mots et des images de notre temps

     

  • Architecture et Liturgie   ( 17 Articles )

    ARCHITECTURE ET LITURGIE

    La réforme liturgique ayant entraîné une composition nouvelle de l'intérieur des églises,
    il convient de réfléchir sur l'architecture de cet espace,
    afin de permettre la participation active des fidèles en préservant l'essentiel : l'office divin.
    Éditorial
    Didier LAROQUE
    Jean-Robert ARMOGATHE
    Thème
    Jean-Robert ARMOGATHE : Cláudio Pastro – Pratique et théorie de
    l’aménagement liturgique
    Didier LAROQUE : Au-dedans de quelques églises récentes et futures
    Jean-Marie DUTHILLEUL : L’église nouvelle de la paroisse Saint-
    François de Molitor à Paris
    Olivier de CAGNY : Aménager l’espace liturgique selon le cardinal Lustiger
    Cardinal Jean-Marie LUSTIGER : Le Temple, c’est le Seigneur
    Serge LANDES : « Un fardeau intolérable » ? Quelques remarques :
    corps du fidèle, dynamique et liturgie
    Signets
    Gilles de BEAUPTE : Georges Rouault, le Léon Bloy de la peinture
    Emmanuel BOHLER : Le répons Subvenite – L’espérance baptismale devant la mort
    Peter HENRICI : Le Concile et les prêtres – Y a-t-il un malentendu ?
    Jean-Robert ARMOGATHE : Prédication et Écriture sainte chez Robert Bellarmin
    Jacques SERVAIS : La confession de la Casta Meretrix
  • Littérature et Vérité   ( 11 Articles )

    XXXIX, 5, N°235 septembre-octobre, à paraître 7 octobre

    Comment la vérité est-elle présente à la littérature de notre temps ?
    En scrutant cette présence de Dieu là où il peut sembler absent, il ne
    s'agit pas de forcer le sens des œuvres mais bien de se laisser
    déconcerter par elles : si la littérature engage de manière vitale notre
    rapport à la vérité, elle engage nécessairement notre rapport à la
    vérité ultime, celle qui accomplit et qui sauve. Encore n'y
    engage-t-elle pas à la manière de la "littérature engagée", comme si
    elle pouvait faire des mots les signes d'un combat. C'est l’œuvre
    elle-même, dans sa quête singulière, qui engage l'esprit humain. Il
    n'est donc pas interdit de penser qu'à l'intérieur de cet élan créateur
    l'Esprit de Dieu est à l’œuvre.

     

  • L'Eglise une   ( 12 Articles )

    XXXIX, 6, N°236, novembre-décembre 2014

    Sommaire 

    Éditorial­­­­­­­­­­­­­__________________________________________________________________

    Denis Dupont-Fauville : « Une seule chair »

     

    ThÈme___________________________________________________________________________________________

     

    Benoît-Dominique de La Soujeole : L’Église est-elle une personne ?

     La personnalité de l’Église peut être saisie soit à partir de son unité mystique avec le Christ (l’unité paulinienne de la Tête et du Corps, le « Christ total » de S. Augustin), soit à partir de sa distinction d’avec le Christ (la distinction également paulinienne du Christ-Époux et de l’Église-Épouse). Ces deux perspectives s’unifient dans la distinction et la relation du mouvement de la médiation descendante par laquelle Dieu fait grâce et du mouvement de la médiation ascendante par laquelle l’humanité rachetée fait retour à Dieu.

     

    Éric de MOULINS-BEAUFORT : « À plusieurs un seul corps » 

      Les dimensions eucharistiques de l’unité selon Henri de Lubac

     

    Pour Henri de Lubac, la visée de l'unité est celle de la destinée totale de l'humanité. La construction de l'unité du Corps se réalise dans l'Église par la célébration de l'Eucharistie : sacrifice de l'unité, celle-ci, par l'offrande du Christ dans la puissance de l'Esprit, rend complémentaires les "incompossibles". Dans le Christ, chacun peut mourir à lui-même pour tout recevoir des autres en étant reçu sans réserve par eux. À cet égard, la Rédemption accomplit ce que fondait la Création.

     

    Peter HENRICI : Les conférences épiscopales     –  Une contribution prometteuse à l’unité de l’Église

     Garantie par le collège épiscopal "avec le pape et sous le pape", l'unité de l'Église n'est pas celle d'une structure centralisée. La primauté pontificale ne se conçoit pas hors de la communion universelle, où chaque partie contribue au bien de l'ensemble. L'essor récent des conférences épiscopales permet de concevoir celles-ci, sinon comme des organismes collégiaux au sens strict, du moins comme des lieux d'apprentissage de la collégialité concrète. Leur valorisation par le pape François permet de voir en elles un moyen pour rapprocher l'Église des exigences de Vatican II.

     

    Kurt KOCH : L'Église une et unique          Perspectives œcuméniques de l'unité de l'Église

     Il semble que le mouvement œcuménique soit arrivé à un moment charnière de son histoire. Le respect mutuel des différentes Églises chrétiennes suffirait pour plus d'un à constituer l'unité de l'Église. Les difficultés rencontrées pour  progresser vers une véritable unité tiennent à l'idée que chaque Église chrétienne se fait de la sienne propre. Cet article tente de montrer quelles voies nouvelles devraient être explorées pour que le Mouvement œcuménique puisse continuer à progresser

     Ioan MOGA : La synodalité entre désir et réalité – Une contribution orthodoxe

    Un aspect essentiel du dialogue catholique-orthodoxe repose sur la recherche d’une réciprocité  entre les notions de primauté et de synodalité. Afin de mener à bien ce dialogue dans une compréhension et un enrichissement mutuels, l’auteur propose d’approfondir les fondements théologiques et anthropologiques de la synodalité, et montre pourquoi il convient de trouver un équilibre entre l’unité de l’Église et l’autonomie des communautés locales et des personnes. La pratique de la synodalité telle qu’elle est vécue actuellement au sein de l’orthodoxie représente, selon l’auteur, un exemple intéressant d’un tel équilibre.

     

    Aldino CAZZAGO : Paul VI, l’homme de l’unité des Églises

     La passion pour l'unité de l'Église sous-tend toute la sollicitude pastorale de Paul VI. Cinquante ans après sa visite aux Lieux saints et sa bouleversante rencontre avec Athénagoras, l'article revient sur la façon dont le discours du bienheureux pape ouvre la voie aux réconciliations qui ont suivi et comment les gestes qu'il a accomplis vont eux-mêmes au-delà des discours.

     Günther WASSILOWSKY : « François – Évêque de Rome »  De l’actualité de la plus ancienne appellation papale

     De la première page de « l'Annuario Pontificio » 2013, ou comment la mise en exergue du titre « vescovo di Roma », avant tous les autres, peut être le signe d'une nouveauté dans la continuité, proposée par le pape François, concernant le rôle de l'évêque de Rome, qui se trouve être aussi le Pape de l'Église universelle, mais d'une manière peut-être différente.

     

    Christian STOLL : « Pierre dans l’édifice »    Hans Urs von Balthasar et la question de la place du pape dans la catholicité

     Le service de Pierre est décrit par l'Écriture avec une précision souvent négligée. Selon Balthasar, cette figure dessine un type qui garde valeur permanente, coextensif à l'Église de la même manière que son principe marial. Le fiat marial et le primat de Pierre et de ses successeurs renvoient l'un à l'autre et sont tous deux englobants pour la vie de l'Église. Car la seule préséance qui vaille est celle de l'amour, qui ne saurait se confondre avec des affects étrangers à la foi.

     SIGNET_______________________________________________________________

     Jean-Pierre GOUDOT : Constance – Regard sur trois acteurs

    En ce 600ème anniversaire de l’ouverture du concile de Constance, lieu de tensions extrêmes, l’analyse des rapports de forces entre personnages ecclésiologiques est déterminante pour comprendre le processus et les enjeux de la résolution du plus long schisme pontifical de l’histoire : l’empereur, le Sacré-Collège et les évêques ont joué des rôles très contrastés. Quelles peuvent en être les suites en 2014 ?

     

     

  • 14.2014   ( 0 Articles )