Du Dieu théiste à la Trinité spéculative

R. P. Xavier TILLIETTE
Croire en la Trinité - n°145 Septembre - Décembre 1999 - Page n° 197

Un préjugé « philosophique » anti-chrétien particulièrement répandu depuis Voltaire est que la Trinité est évidemment absurde, qu'une raison éclairée rejette ce trois qui fait un... Or ce n'est qu'une certaine figure de la rationalité philosophique, fort récente et circonscrite, qui a pu ainsi refuser la Trinité. Aussi n'y a-t-il pas lieu de s'étonner que cette pensée superficielle des Lumières ait cédé la place aux synthèses spéculatives hardies de l'idéalisme allemand.

L’encyclique Foi et raison a rappelé non sans regret le délitement progressif de la belle harmonie entre la raison et la foi qui avait caractérisé l’âge d’or de la philosophie chrétienne jusqu’à la Renaissance incluse (Pic de la Mirandole, Nicolas de Cuse). La séparation intervenue coïncide avec l’avènement de l’époque moderne, ou plutôt elle le détermine, en se parant des titres pompeux d’âge adulte et d’entrée dans la maturité. Des pans entiers de doctrine s’effondrent, à commencer par le dogme de la sainte Trinité, pour ne laisser subsister qu’un squelette appelé religion naturelle. Mais, nous le verrons au cours de cet article, l’esprit philosophique ne saurait se contenter de pensées atrophiées ; peu à peu il récupérera, toutefois en les rationalisant à l’excès, les riches contenus intellectuels de la Révélation que la grande théologie patristique et médiévale avait élaborés. Cette évolution du Dieu théiste à la Trinité spéculative fait l’objet d’une étude qui s’en tiendra forcément aux très grandes lignes.

La religion naturelle, sans Révélation et sans dogmes, célèbre sa belle époque en Angleterre au XVIIe siècle, avec Cherbury, Toland (« Le christianisme sans mystère »), Tindal (« Le christianisme aussi vieux que le monde »), et de là se répand sur le continent, mais ce qui lui restait de dévotion s’effrite rapidement, elle échappe au clergé, elle perd son aura ecclésiastique et cultuelle et se fond dans une discipline assez aride appelée théologie naturelle ou rationnelle ou encore déisme. Ce qui subsiste alors de la croyance, emprunté au Dieu de la Révélation, est l’idée de Providence et le gouvernement du monde. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Croire en la Trinité - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger