Conscience ou consensus

N° 109 Septembre - Octobre 1993 - Page n° 5

Mme Marie-Christine GILLET-CHALLIOL Y a-t-il une conscience chrétienne?

Éditorial

La conscience est un principe commun à tous les hommes. Mais, pour le chrétien elle est la vie la plus intime de l'Esprit en l'homme. Elle est alors au coeur de l'action morale, et dépasse la prétendue opposition du droit et de la morale : la conscience est le pouvoir d'incarner les principes à l'épreuve de cas particuliers. Elle n'est ni une loi abstraite, ni une subjectivité vague.

La première page, 5, est jointe.

LA CONSCIENCE a bien souvent, de nos jours, mauvaise réputation parmi les chrétiens. Voilà qui est sans aucun doute justifié, si l'on se souvient que la plupart des critiques adressées au magistère qu'affirme toujours exercer l'Église, en particulier dans le domaine moral, le sont au nom d'une liberté de conscience d'autant plus sensible qu'elle ne peut être que souveraine 1. Il est indéniable que l'appel à la conscience n'est le plus souvent que l'affirmation d'une subjectivité qui n'est autre qu'opinion, et qui n'a d'autre justification — elle n'en a d'ail­leurs pas besoin — que de me convaincre.

Faut-il pour autant refuser à la conscience tout rôle dans une morale catholique ? A-t-on le droit de se priver d'un concept largement utilisé par la théologie, et qui risque fort de resurgir dès que nous réfléchissons sur le caractère moral de telle ou telle action? Qui pourra affirmer qu'une action que notre conscience réprouve, même si elle paraît s'accorder avec des règles de morale objectives, est morale ? Le sophisme serait bien évi­demment de dire que toute action que notre conscience approuve est par là même morale. Il n'en demeure pas moins que la conscience semble bien jouer le rôle d'une irréfragable instance intime de jugement ou de justification. Sans aucun doute, il ne faut pas identifier la conscience à la mauvaise conscience, à cet œil qui accompagne Caïn jusque dans la....(p.5)

I. Voir par exemple l'article de Jean-Robert Armogathe, dans Le Figaro du 26 mai 1993. Il dénonce l'incohérence de cette contestation qui repose implicitement sur l'allergie de la conscience à toute autorité : « On accuse l’Église de vouloir substituer une parole d'autorité au

 ...

Marie-Christine GILLET-CHALLIOL 

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 21

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Conscience ou consensus - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger