Jeûne et Eucharistie

N° 233 Mai - Juin 2014 - Page n° 97

Mgr. Jean-Pierre BATUT De la nature à la gloire, la grâce de la maladie

Comme la mort, la maladie est « salaire du péché » (Romains 6,23), et à ce titre
non voulue par Dieu. Mais, traversée par le Christ comme il a traversé la mort,
la maladie peut, comme elle, se retourner en lieu sacramentel du salut et de la
coopération au sacrifice pascal, pour l’Église et pour le monde. Dans l’épaisseur
de la nature corruptible, la maladie devient grâce et figure de la gloire.

La première page, 97, est jointe.

 

Je ne crains pas le Voleur... Je le vois de loin,
Et je me garde bien de crier : « Au voleur ! »
Au contraire, je l’appelle en disant : « Par ici : par ici ! »
Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Derniers entretiens.

 


«Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin de médecin,
mais les malades. [...] Je ne suis pas venu appeler les justes,
mais les pécheurs » (Matthieu 9,13). Paroles sans ambiguïté :
puisque Jésus vient vers les hommes comme médecin (iatros), il est contradictoire
de faire appel à lui si l’on s’imagine être en bonne santé. On court
alors le risque de se voir adresser la repartie destinée aux pharisiens : « Je ne
suis pas venu pour vous. » Recevoir Jésus et être appelé par lui suppose
donc de se reconnaître malade. La boutade du Docteur Knock – « les gens
bien portants sont des malades qui s’ignorent » – est plus sérieuse qu’il n’y
paraît. Elle nous plonge dans le paradoxe de la vie humaine, qu’un autre
humoriste définissait de façon plus triviale comme
« une maladie mortelle sexuellement transmissible ».
Si la maladie est chose sérieuse, ce n’est pas en raison de sa plus ou moins grande gravité,
 mais parce qu’elle nous remet devant l’évidence de la fragilité et de la brièveté  de notre vie
 et nous oblige à prendre position devant Celui qui est la Vie :
« Les médecins ne te guériront pas, car tu mourras à la fin : mais c’est moi qui guéris et rends le corps immortel 1. »
Ce que Pascal fait dire à Jésus rejoint la question que Jésus lui-même posait à
la sœur de Lazare : « Je suis la résurrection et la vie ; qui croit en moi, même....


1. Blaise PASCAL, Pensées, Lafuma 919.


 

 

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 40

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
JEÛNE ET EUCHARISTIE (en pdf) - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier