Pierre Chaillet - La résistance spirituelle au nazisme

Dossier du numéro l'Eglise à neuf

Le 14 octobre 2022, eu lieu à Besançon, une journée d'étude universitaire consacrée au Père Pierre Chaillet, jésuite, à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa mort : Pierre Chaillet, une résistance spirituelle. Nous présentons dans ce dossier trois des interventions prononcées, avec l'aimable autorisation des organisateurs que nous remercions ici.

 Repères biographiques :
                                                                                                      
Pierre CHAILLET,
 Né le 13 mai 1900 à Scey-Maisières (Doubs), décédé le 27 avril 1972 à Bron (Rhône).
Ordonné prêtre en 1931, envoyé en Autriche et en Allemagne, il est témoin de la montée du nazisme. Il publie en 1939 L'Autriche souffrante où il dénonce les persécutions contre les catholiques et les juifs et le régime de terreur qui sévit depuis l'Anschluss.
À la déclaration de guerre en septembre 1939, il propose ses services au 5° Bureau de l'état-major de l'armée, chargé du renseignement ; il est envoyé en mission en Hongrie, pour établir des rapports sur la situation de ce pays. C'est là qu'il apprend la défaite de la France, qu'il n'accepte pas, autant par patriotisme que par conviction antinazie. À son retour, il reprend ses cours à la faculté de théologie de Lyon, et prend contact avec quelques chrétiens hostiles au régime de Vichy, à la Révolution nationale et au nazisme.
Pour défendre les vertus chrétiennes face au nazisme et à la collaboration, il cherche à éveiller les consciences par les moyens dont il dispose : l'opinion et l'action caritative. Début mai 1941 il rencontre Henri Frenay qui lui propose de rédiger une chronique religieuse pour sa feuille clandestine Les Petites Ailes, puis pour Vérités. Sous le pseudonyme de Testis, dénonçant l'idéologie nazie, il appelle à la Résistance spirituelle.
Parallèlement, il poursuit ses activités humanitaires au sein d'un Comité de coordination pour l'assistance dans les camps qui devient en 1941 L'Amitié chrétienne dont il assume la direction. Cette organisation prend en charge l'aide aux réfugiés, organise clandestinement dès 1942 des filières d'évasion ou d'hébergement des personnes persécutées (enfants juifs, résistants) et participe à la fabrication de faux-papiers.
Lorsque cessent de paraître les feuilles d'Henri Frenay, Pierre Chaillet décide de fonder un journal clandestin spécifiquement chrétien. S'entourant d'une équipe de militants catholiques, le père jésuite fait imprimer et diffuser le 16 novembre 1941 la première brochure des Cahiers du Témoignage chrétien, dont le titre est France, prends garde de perdre ton âme.
À partir de 1942, le cercle des rédacteurs jésuites s'élargit à des laïcs. Afin d'atteindre un public plus large, est créé en mai 1943 le Courrier français du Témoignage chrétien. Surveillé par la Gestapo, Pierre Chaillet est envoyé en résidence surveillée en Ardèche, puis doit se réfugier en Isère pour quelque temps. Retournant régulièrement à Lyon, il est arrêté dans les locaux de L'Amitié chrétienne le 27 janvier 1943, puis libéré. Ses 4 activités clandestines le font connaître dans le monde résistant. Lui-même appartient à deux réseaux de renseignement. Pour son action caritative, les dirigeants de la Résistance lui confient en 1944 la présidence du Comité des œuvres sociales de la Résistance (COSOR) qui organise l'aide aux familles de résistants incarcérés.
Maurice Schumann, porte-parole de la France libre à Londres, lui adresse cette lettre en septembre 1944 : « Mon Père, vous avez été notre 18 juin Spirituel ». Nommé à la Libération secrétaire général adjoint au ministère de la Santé, il quitte ce poste à la demande de ses supérieurs de la Compagnie de Jésus.
Après la guerre, Pierre Chaillet poursuit ses activités ; ainsi Témoignage chrétien devient un journal libre qui aborde les grands problèmes contemporains. Abandonnant la direction du journal en 1957, encore sur ordre de ses supérieurs, il ne se consacre plus qu'au COSOR.
Pierre Chaillet meurt en avril 1972. 


Le dossier contient les articles suivants :