Notre-Père IV Pardonne-nous

N° 256 Mars - Avril 2018 - Page n° 69

Anton ŠTRUKELJ " La purification de la mémoire "

Quel sens donner aux demandes de pardon posées par l'Église au seuil du second millénaire ? À travers les textes magistériels, on comprend que l’exigence de purification de la mémoire qui préside à ces demandes a pour but une libération qui permet de passer de la confession des péchés à l’action de grâce.

 

La liturgie pénitentielle célébrée par le futur saint Jean-Paul II à Saint‑Pierre de Rome le 12 mars 2000, premier dimanche de Carême de l’année sainte, a été un événement important, un des sommets de cette année jubilaire. Le geste prophétique du pape était neuf et se trouvait cependant en profonde continuité avec l’histoire de l’Église. Cette demande à la fois publique et liturgique a été bien pensée et soigneusement préparée. Plus d’une fois et à plusieurs occasions, le pape Jean-Paul II a demandé pardon pour les fautes de l’Église dans le passé. Dans sa lettre apostolique « Tertio millenio advente » (10 novembre 1994), il a exprimé le souhait que l’année sainte ne soit pas seulement une occasion particulière de repentir individuel mais qu’elle doive signifier pour l’Église une « purification de la mémoire » par laquelle elle devait réfléchir aux fautes du passé qui pèsent sur son histoire.

Le pape Jean-Paul II insiste : « Reconnaître les fléchissements d’hier est un acte de loyauté et de courage qui nous aide à renforcer notre foi, qui nous fait percevoir les tentations et les difficultés d’aujourd’hui et nous prépare à les affronter1. » C’est en cela que se rend visible la vitalité de l’Église qui peut proposer à chacun et à la société toute entière un exemple de repentir et de conversion. Le pape Benoît XVI le dit sans détour : « Cet acte de purification de la mémoire, d’auto-purification, d’ouverture à la grâce du Seigneur, qui nous pousse à faire le bien, sert aussi à nous rendre crédibles aux yeux du monde2 ».

La demande de pardon de l’Église

Dans la bulle annonçant l’année sainte de l’an 2000, Incarnationis mysterium (29 novembre 1998), Jean-Paul II souligne, parmi les signes « qui peuvent servir à vivre plus intensément la grâce insigne du Jubilé », la purification de la mémoire. « La purification de la mémoire […] demande à tous un acte de courage et d’humilité pour reconnaître les fautes commises par ceux qui ont porté et portent le nom de chrétien3 ». [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!
 


1 Jean-Paul II, Tertio millennio advenientearticle 33.

2 Joseph Ratzinger, « Seule la réalité du pardon rend possible l’aveu des péchés » in Kirche-Zeichen unter den Völkern, Gesammelte Schriften8/1, Herder Freiburg 2010, p. 504, sv. 

3 Jean-Paul II, Incarnationis mysterium, article 11.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 68

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Notre-Père IV Pardonne-nous Couvertures - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Notre-Père IV Pardonne-nous - pdf BAT 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier