L'exégèse canonique

N° 265 Septembre - Octobre 2019 - Page n° 73

Mgr Christophe RAIMBAULT Comment mettre en œuvre, en exégèse biblique, le n°34 de Verbum Domini ?

Les années 1970 sont caractérisées par une diversification des méthodes de l’exégèse biblique. La critique littéraire, historique et socio-historique, qui met l’accent sur les conditions de production et d’écriture des traditions bibliques continue à être la base de nombreuses études, mais l’analyse narrative permet de développer un nouveau point de vue : celui du lecteur. D’autre part, s’appuyant sur ces méthodes diversifiées, l’exégèse biblique tente d’aller au-delà d’une simple étude technique des traditions bibliques. Un intérêt nouveau pour la théologie du texte se développe. Celui-ci répond, pour une part, à l’invitation effectuée par le pape Benoît XVI, au n° 34 de l’Exhortation post-synodale Verbum Domini.

 

Le paragraphe 34 de l’Exhortation apostolique post-synodale Verbum Domini se veut une invitation pressante. Il appelle à une étude de la dimension théologique des textes bibliques, similaire à l’étude portant sur la méthodologie historico-critique enrichie des apports les plus récents. Il s’agit de mettre en oeuvre et de poursuivre Dei Verbum. En effet, Verbum Domini (désormais VD) rappelle les « trois critères de base pour tenir compte de la dimension divine de la Bible », exposés dans Dei Verbum (désormais DV), §12, à savoir : « 1) interpréter le texte en tenant compte de l’unité de l’ensemble de l’Écriture – on parle aujourd’hui d’exégèse canonique ; 2) tenir compte ensuite de la Tradition vivante de toute l’Église et 3) respecter enfin l’analogie de la foi. » Il s’agit donc d’allier exégèse scientifique et lecture théologique de l’Écriture. Mais comment ? Quels sont les fondements, enjeux et modalités de ce projet ?

Nous proposons ici de laisser parler l’exégète. En quoi ce débat relance-t-il la question de l’articulation entre Écriture et Parole de Dieu et la question du sens de l’Écriture ? Nous nous intéresserons ensuite à la prise en compte du lecteur en exégèse : en quoi le lecteur de l’Écriture est-il au coeur de la démarche théologique d’interprétation du texte ? Enfin, nous prendrons appui sur les écrits pauliniens pour voir en quoi le premier auteur chrétien invite à prendre en compte non seulement la démarche historique de son acte d’écriture mais aussi nous indique une posture de lecture que nous oserons qualifier de théologique et créatrice de sens pour nous, lecteurs d’aujourd’hui.

1. Pour que l’Écriture devienne Parole de Dieu adressée au lecteur

Disons-le d’emblée : la Bible n’est pas immédiatement Parole de Dieu. Elle le devient. Certains textes bibliques sont parfois perçus comme porteurs de trop de violence, ou trop abscons, ou invraisemblables pour servir immédiatement la foi en la Parole de Dieu. Benoît XVI parle des « pages ‘obscures’ de [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 89

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
l'exégèse canonique - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier