Décalogue VI : Tu ne commettras pas d'adultère

N° 129 Janvier - Février 1997 - Page n° 99

František X. HALAS Jan Sarkander: Sens d'une canonisation et mémoire de l'Eglise

La canonisation de Jan Sarkander, prêtre morave, martyrisé par des protestants en 1620, a suscité bien des polémiques. Elle manifeste pourtant le désir de l'église catholique d'honorer un exemple de fidélité sans pour autant revenir aux anciennes querelles.

L'approche du jubilé donne lieu à un regard rétrospectif sur l'histoire de l'Église. Comment comprendre et expliquer le sacrifice des martyrs catholiques tués par d'autres chrétiens ? Quel sens donner à la « demande de pardon » évoquée par le pape ? Un exemple peut aider à une première approche de ces questions, celui de Jan Sarkander, prêtre morave martyrisé en 1620 par des compatriotes protestants. Sa canonisation en 1995 a suscité bien des débats dans la République tchèque. Aussi avons nous demandé à notre ami F.X. Halas, historien et ambassadeur de la République tchèque auprès du Saint Siège, rédacteur en chef de la Communio tchèque, de nous expliquer le sens de cette canonisation pour une Eglise catholique fidèle à sa mémoire et à sa mission. Cet article paraîtra aussi dans le premier numéro de la Communio tchèque.

Lors de son voyage apostolique en République Tchèque en 1995, le Pape Jean Paul II canonisa, le 21 mai, deux saints : Zdislava de Lemberk, mère de quatre enfants, tertiaire dominicaine, et Jan Sarkander, prêtre et martyr. On est porté à croire que les existences des deux nouveaux saints patrons de Bohême et de Moravie, ont trouvé leur reflet dans l'accueil que leurs compatriotes réservèrent à leurs canonisations. La vie de l'aristocratique bienfaitrice des pauvres du XIIIè siècle fut cachée et sa canonisation bien accueillie par le public tchèque. Mais il en alla tout autrement pour Jan Sarkander (p.99), dont la vie fut très mouvementée. Sa décision même d'embrasser le sacerdoce fut marquée par de graves hésitations; dans ses activités pastorales il fut muté plusieurs fois dans un délai très court il se heurtait à l'incompréhension de ses paroissiens; et, finalement, il mourut des séquelles des tortures qui lui furent infligées lors d'un procès où les motifs politiques et religieux furent si enchevêtrés que les contemporains de Sarkander puis, bien plus tard, les juges de la cause de sa canonisation eurent du mal à les démêler. Les polémiques passionnées à propos de sa personnalité et de l'opportunité de sa canonisation montrèrent que les luttes religieuses qui devinrent une guerre entre 1618 1620, dont Sarkander fut, indirectement, victime, sont loin de constituer, pour les Tchèques de nos jours, un simple souvenir historique.

Une canonisation mal accueillie

Ceux qui décidèrent sa canonisation furent surpris par la violente résistance opposée par une partie du grand public tchèque à la glorification de ce prêtre catholique. Parmi les victimes des combats entre catholiques et protestants aux XVIè et XVIIè siècles, Jan Sarkander n'est pas le seul à avoir été élevé aux honneurs de l'autel pour avoir rendu témoignage à la foi. Précisons que, si des saints de cette trempe furent canonisés après le Concile Vatican II, ce fut toujours en spécifiant qu'il s'agissait de reconnaître leur fidélité héroïque à la foi et au Siège apostolique sans pour autant condamner leurs persécuteurs. Cette conception trouva, le plus souvent, du côté des frères séparés, un bon accueil. Ainsi, par exemple, lorsque Paul VI canonisa, en 1970, quarante martyrs qui, entre 1535 et 1679, payèrent de leur vie la fidélité à la primauté du Pape et à la doctrine catholique, on put voir, parmi les invités à la cérémonie, entre autres, les représentants de l'Archevêque anglican de Cantorbéry et du gouvernement britannique; les chants furent assurés par le choeur de la cathédrale de Westminster. De cette façon, les représentants et les fidèles de l'Eglise anglicane se prononcèrent en faveur de la conception catholique de l'acte de canonisation comme appel à la paix entre les chrétiens de différentes confessions. D'autres protestants, en pareille occasion, adoptèrent la même attitude.

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 19

*Hors frais de port s'élevant entre 4 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Décalogue VI : Tu ne commettras pas d'adultère Gratuit pour tout le monde Télécharger