L’évolution et le « naturalisme » philosophique : par-delà la science et ses méthodes

Fiorenzo FACCHINI
La Paternité - n°206 Novembre - Décembre 2009 - Page n° 117

L’année Darwin (1809-1882) a montré le difficile chemin de crête entre sectarisme scientiste et apologétique naïve. Paléoanthropologue et prêtre, Fiorenzo Facchini répond à des attaques de philosophes antireligieux : leur position relève d’un réductionnisme qui refuse de regarder par-delà l’horizon de la science et de ses méthodes.

Tout le monde convient aujourd’hui que les espèces animales évoluent dans le temps et ne correspondent pas à des actes créateurs divins singuliers. Le grand pari de Darwin fut d’énoncer que la sélection naturelle constitue le facteur principal de l’évolution, ce qui a pu être souvent vérifié, tout en demandant un certain nombre d’ajustements.

Mais que l’évolution rende la création inutile et que toute la nature se soit autotransformée représente un pas de trop: même Darwin ne l’avait pas fait, lui qui conclut son livre De l’Origine des espèces, dès la seconde édition et dans les éditions successives, en parlant du Créateur. Mais ce pas fut résolument franchi par beaucoup d’adeptes du darwinisme, dès les premiers disciples de Darwin (Huxley, Haeckel et les autres) : en agissant de la sorte, ils marquaient d’une manière idéologique la théorie de l’évolution. Il n’y aurait nul besoin de Dieu, dont toutes les preuves manquent, ni de la dimension spirituelle, pour expliquer l’homme, la pensée, la conscience, la liberté. Il s’agit là d’un développement de la science qui n’est pas légitime, et qui dépasse la compétence des méthodes scientifiques. Aucun savant ne peut s’y livrer sérieusement au nom de la science. Ce sont des positions idéologiques, qui s’appuient sur le naturalisme philosophique : elles sont soutenues par de nombreux «darwiniens», qui supportent mal les critiques de qui s’efforce de raisonner sur les acquisitions de la science en les distinguant des interprétations qu’on leur superpose. Ainsi deux philosophes italiens, Orlando Franceschelli et Telmo Pievani ont longuement exprimé leur désaccord dans un récent article avec les positions que j’ai défendues dans l’Osservatore Romano. Ils sont particulièrement critiques de mes jugements sur des positions darwiniennes qu’ils rapportent à eux-mêmes et ils se livrent à des considérations qui ne relèvent certainement pas d’un dialogue scientifique (malgré une référence biblique au dialogue plus pathétique que sincère). Il s’agit d’une intervention très polémique et même agressive, dont l’argument récurrent est de faire de moi un « néointégriste ratzingerien ». [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 30

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Paternité (en pdf) - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger