La Tentation de la Gnose

N° 142 Mars - Avril 1999*

La connaissance (ou "gnose") permet par la raison l’accès au mystère chrétien. seule la charité, qui la suppose, lui est supérieure. Dès ses origines, le christianisme a subi la tentation de la fausse connaissance, "la gnose au nom menteur". A l’enracinement rationnel et historique de la foi, la fausse gnose oppose une connaissance immédiate, asservie à une culture, relative à chaque individu. La gnose moderne substitue à la vérité universelle des dogmes l’accès subjectif à une connaissance restreinte aux seuls initiés.

Page Titre Auteur(s)
7 Les enjeux doctrinaux de la gnose chrétienne Jean-Robert ARMOGATHE
13 La gnose au nom menteur : séduction et divisions Ysabel DE ANDIA
35 La proximité cachée. Rabbins du Talmud et Pères de l’Église dans la gnose Guy STROUMSA
45 La séduction actuelle de la gnose Joaquim CARREIRA DAS NEVES
57 Gnose et écologie Jacques ARNOULD
73 L’Église face au défi renouvelé de la gnose et du gnosticisme Michaël FIGURA
83 Liberté et Vérité Joseph Ratzinger BENOÎT XVI
103 Au "Cœur du Christianisme" Olegario GONZALEZ DE CARDEDAL
112 L’actualité de l’œuvre du Cardinal Henri de Lubac Georges CHANTRAINE

Éditorial : Jean-Robert Armogathe : Les enjeux doctrinaux de la gnose chrétienne

La gnose fut d’abord la connaissance de Dieu retrouvée dans les Écritures. Mais ce mot devint trompeur lorsqu’il fut utilisé pour dissimuler des propos aventureux pervertissant la connaissance de Dieu en son mystère. Face à ces dérives d’hier et d’aujourd’hui, il revient au christianisme de revendiquer l’honneur de la raison.

Vraie et fausse gnose

Ysabel de Andia : La gnose au nom menteur : séduction et divisions

Si la vraie gnose est légitime, la « pseudo-gnose » se définit comme une « connaissance qui apporte le salut », pervertie par la prétention humaine d’exercer un pouvoir sur l’Esprit. L’article emprunte à Irénée de Lyon trois figures significatives des dérives gnostiques, montrant que, dans le recours à l’herméneutique, aux pratiques magiques d’une culture, elles détruisent l’unité qui fonde la foi trinitaire de l’Église.

Guy Stroumsa : La proximité cachée. Rabbins du Talmud et Pères de l’Église dans la gnose

À la fin de l’Antiquité, le judaïsme et le christianisme sont affrontés à des problèmes théologiques qui sont souvent les mêmes. Si l’âpreté du débat entre les religions masque cette « proximité », il n’en reste pas moins qu’en face du paganisme, les grands penseurs chrétiens, tel Origène, laissent voir ce qu’ils ont de commun avec le judaïsme, en particulier dans l’exégèse des Écritures.

La tentation gnostique

Joaquim Carreira das Neves : La séduction actuelle de la gnose

La séduction actuelle de la gnose tient à une expérience immédiate de la conscience cosmique et divine, à une illumination subjective sans dogmes ni commandements, à la conviction que nous sommes étrangers au monde parce que nous sommes les élus de Dieu. Il demeure fondamental de savoir distinguer entre la foi et la science, entre le Créateur et les créatures.

Jacques Arnould : Gnose et écologie

Les progrès de la science contemporaine ne cessent d’interroger la foi chrétienne sur le mystère du monde : compréhension de l’univers, de la vie, de l’homme dans sa relation à la nature. Autant de questions qui suscitent les réponses de courants de pensée assimilables à la gnose par les voies de salut qu’ils proposent.

Problématique actuelle

Michaël Figura: L’Église face au défi renouvelé de la gnose et du gnosticisme

Face au défi toujours actuel (y compris dans l’Église) de la gnose, l’Église doit méditer, de manière encore plus vive, l’humanité du Christ en croix et la réalité des souffrances, vécues pour nous, du Fils incarné. Seule l’unicité de l’Incarnation réduit à néant toute velléité de croire en de multiples réincarnations des existences.

Signets

Joseph Ratzinger : Liberté et Vérité

La liberté qui serait pure disparition des normes conduit à l’autodestruction. Elle doit s’orienter vers la vérité, vers ce que nous sommes et qui correspond au plus intime de notre être. La raison humaine ne peut renoncer à l’idée de Dieu : seule la vérité rend libre.

Olegario Gonzales de Cardedal : Au coeur du Christianisme

Communio publie les bonnes feuilles du prologue du Coeur du christianisme, du P. González de Cardedal. Cet éminent théologien encore trop peu connu en France expose une approche existentielle et radicale du christianisme et de l’être chrétien.

Georges Chantraine : L’actualité de l’oeuvre du Cardinal Henri de Lubac

La publication des OEuvres complètes du Cardinal de Lubac, que viennent d’inaugurer les Éditions du Cerf, fournit l’occasion à Communio de rappeler, par la voix du P. Chantraine, l’orientation et les principales étapes de la vie et de l’oeuvre du grand théologien.

Les enjeux doctrinaux de la gnose chrétienne

Jean-Robert Armogathe

«L’amour divin seul octroie les clefs de la science. » Arthur Rimbaud, Une saison en enfer.

« Qu’aucun de nous ne prétende avoir déjà découvert la vérité : cherchons-la ensemble comme quelque chose qui n’est encore connu ni des uns ni des autres. Si nous n’avons pas l’audacieuse prétention de l’avoir déjà découverte, et de la posséder, c’est alors seulement que nous pourrons la chercher avec amour et avec sérénité. » Saint Augustin, Contre la lettre des Manichéens 3.

« La gnose au nom menteur » : lorsque saint Irénée, au IIe siècle, écrit « contre les hérésies », il prend bien soin de préciser qu’il attaque une réalité qui porte un nom d’emprunt, contradictoire avec la réalité1. Tandis que « gnose » veut dire « connaissance », « science véritable », des hérétiques s’avançaient masqués, qui proposaient une pseudo-science, une ignorance divagante. Le terme est resté marqué par cet usage illégitime, et les gnoses ont mauvaise presse aux yeux des orthodoxies. Pire encore, le « gnosticisme » désigne la mise en système de principes étrangers à l’orthodoxie chrétienne.

La préparation du présent cahier a connu cette difficulté : une première tentative avait été faite en 1988 pour publier un thème international sur les gnoses modernes, sous le titre « les religions de substitution ». L’édition francophone avait alors offert à ses lecteurs un cahier sur « les religions orientales » qui n’abordait que marginalement le thème international. Dix ans plus tard, l’édition de langue allemande a proposé de coordonner un cahier sur ce thème2, et la question nous a semblé d’autant plus importante que le terme « gnose » est perçu de manière différente selon les langues et les cultures. [...]
 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Voir ci-après l’article d’Y. de Andia. L’ouvrage de référence est en allemand : K. Rudolph, Die Gnosis. Wesen und Geschichte einer spätantiken Religion (UTB 1577) Göttingen, 31990 (1977). Sur la christologie des gnostiques hérétiques, l’ouvrage majeur reste A. Orbe, Cristologia Gnostica, B.A.C., 2 vol., Madrid, 1976.

2. Voir ici la contribution de M. Figura.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 10

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Tentation de la Gnose - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier