Décalogue I: Un seul Dieu

N° 99 Janvier - Février 1992 - Page n° 80

M. Patrick PIGUET L'icône des outrages

(Sur Décalogue I de Kieslowski)

Le premier commandement, par définition impossible à représenter, a au contraire été dramatisé par Kieslowski dans le film Décalogue I. Il y montre à la fois la tendance à l'idolâtrie et le refus de la mort au coeur de l'existence humaine. Ainsi, lorsque la souffrance humaine rejette la compassion divine, le scandale du mal tourne au blasphème

Mais blasphémer, n'est-ce pas encore manifester la transcendance ?

La première page, 80, est jointe.

CHRISTOPHE KIESLOWSKI et son scénariste Christophe Piesewicz ont choisi de créer un film qui en soit dix : Décalogue I, Décalogue II,... Chaque film d'une heure est ? la fois autonome et dépendant, autonome par l'intrigue et les personnages principaux, la musique et certains personnages secondaires assurant l'évidence de l'unité. Chaque film a pour thème-titre un des dix commandements, mais il faut préciser que le film n'est jamais (au rebours de ce qui est trop souvent dit) l'illustration d'un commandement ; c'en est l'écho, au sens plein du terme : une parole antérieure résonne sans être prononcée (car elle a déj? été prononcée une fois pour toutes) contre les parois des vies et des immeubles d'une cité grisâtre de Varsovie. _ Je me limiterai ? l'analyse du premier film de la série, Décalogue I, en choisissant de montrer comment, parmi la multiplicité des thèmes, ceux de la parole, de la mort et de l'image traversent le projet du cinéaste, et fondent, in fine, la possibilité d'une esthétique cinématographique qui intégrerait l'ouverture au sens du divin.

LE titre fait naturellement partie du projet intime de l'œuvre. Il la précède tout en étant déjà, symboliquement, ce qu'elle est ensuite, une interrogation sur ce que devient la parole dans une vie quand c'est un film qui le montre, interrogation à laquelle répondent des vies particulières pour enfin reposer la question, altérée, enrichie du récit d'un destin. Kieslowski intitule le premier film Décalogue I, et non pas 'le Premier Commandement' : le film est à la fois la partie d'un tout, un dixième du film, et le tout dans la partie, car dans chaque film, c'est la parole entière qui est en jeu ; chaque récit travaille le thème d'un commandement, mais le privilégie sans l'isoler...

 

...

Patrick PIGUET

 

Revue papier

La revue papier est épuisée

Revue numérique

L'exemplaire n'est à l'heure actuelle pas disponible au format numérique.