Il est ressuscité

N° 39 Janvier - Février 1982 - Page n° 37

Rudolf PESCH Le tombeau vide

Le fait que le tombeau se soit trouvé vide au matin de Pâques n'est pas à proprement parler une « preuve » de la Résurrection du Christ. C'en est plutôt la conséquence, et c'est ce que permet de reconnaître l'analyse historico-critique des textes évangéliques (notamment de Marc 16, 1-8).

 

En présence de la discussion toujours vive sur la question de l'historicité du « tombeau vide » et de son rôle dans le contexte de la foi pascale primitive, il est indiqué d'abord de laisser parler les récits évangéliques dans leur diversité. Ensuite, il nous sera possible de procéder ? un examen critique du plus ancien témoignage, et de prendre position en assumant notre responsabilité d'exégète et de théologien. Car les présentations (et les représentations qui y sont impliquées) de ceux qui ont transmis et rédigé les évangiles ne s'insèrent pas tout simplement dans les modèles et les grilles qui ont pour une bonne part canalisé la discussion moderne autour du « tombeau vide ».

D'abord il y a lieu de remarquer les différences dans la manière dont le « tombeau vide » apparaît, devient l'objet dont on parle, dans les différents récits des quatre évangiles. Dans la plus ancienne tradition, à la fin de l'Evangile de Marc (16,1-8)1, il n'est pas raconté que les trois femmes qui vinrent au tombeau le matin de Pâques pour embaumer Jésus, auraient trouvé le tombeau vide ; mais il est raconté qu'elles ont été surprises de constater que la très lourde pierre avait été roulée hors de l'ouverture du tombeau, et que, lors de leur entrée dans le tombeau, l'ange qui était assis à droite les a plongées dans la frayeur. Du « tombeau vide » il n'est pas question dans la partie narrative où le narrateur a lui-même la parole et rapporte l'événement représenté dans son récit, mais seulement dans la partie où le narrateur donne la parole à l'ange et lui fait expliquer aux femmes pourquoi, dans le tombeau miraculeusement ouvert, elles cherchent [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Cf. à ce sujet R. Pesch, «Der Schluss der vormarkinischen Passionsgeschichte und des Markusevangelium» : Mk 15, 42-16, 8 ., dans M. Sabbe (dtr.), l'Évangile selon Marc, Louvain/Gembloux, 1974, 435.470 ; Das Markusevangelium, II, Fribourg-en-Br., 1982 (3), 519-543 (je cite : Mk) ; Das Evangelium der Urgemeinde ibid, 1979, 215.222 ; R. Pesch et R. Kratz, So liest man synoptisch, VIII : Passionsgeschichte, Zwelter Teil, Francfort, 1980, 150.153.

Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Il est ressuscité - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger