Il est ressuscité

N° 39 Janvier - Février 1982 - Page n° 90

A.c.b. Une vie consacrée dans l'Église locale

En prolongement du cahier sur « les conseils évangéliques », le témoignage d'une jeune laïque dont l'engagement à la chasteté a été consacré par son évêque : expérience ecclésiale et spirituelle, renouvelée d'un rite très ancien.

 

C'est un peu une gageure de parler d'une consécration reçue il y a seulement un an. Mais il faut bien se plier à l'exercice ! De quoi s'agit-il ? Il y a dix ans, à la suite d'un vœu du Concile Vatican II, a été repris le rite très ancien de la « consécration des vierges » : par l'imposition des mains, l'évêque du lieu consacre « une femme vivant en plein monde ». Jusque là, cette consécration ne pouvait être donnée qu'à des moniales. Le texte ne comporte pas de « règle de vie ». Il s'agit d'un texte liturgique : une prière de consécration dite par l'évêque suit la demande de la future consacrée et son engagement à la chasteté « à la suite du Christ ».

L'existence de ce rite est peu connue. On le découvre presque « par hasard » ! Pour moi, cela faisait sept ans que j'attendais plus ou moins patiemment de pouvoir marquer mon désir d'appartenance au Seigneur. Puis je me suis trouvée dans deux situations de graves divisions ecclésiales. Or, à ce moment-là, plus que jamais, il m'a été permis d'aimer l'Église et de croire que dans le regard du Père elle était déjà mystérieusement unifiée et « parée pour son Époux» , le Fils. Il m'a semblé que c'était le signe attendu. Très vite, ce fut la découverte du rituel où il est dit : « La consacrée est signe de l'amour de l'Église pour le Christ, son Époux ». Un an plus tard, l'évêque du diocèse où je vis me donnait la consécration au milieu d'une diverse et joyeuse assemblée de chrétiens. Quant aux difficultés rencontrées, elles furent le signe qu'il fallait que cela se fasse !

Cette consécration est en pleine Église et en plein monde. Alors, « concrètement », disons que je suis un professeur plutôt heureux, que j'ai de nombreux amis, une famille et que je participe à des groupes d'Église suffisamment divers pour reconnaître que leur fondement commun, c'est leur foi au Christ ; enfin une ou deux communautés monastiques m'accueillent dans leur paix, nécessaire, car je serais plutôt du genre perpétuellement débordée I La consécration ne change pas ce cadre de vie qui ne lui est en rien extérieur : toutes ces relations sont données. Mais depuis, je souffre beaucoup plus de la violence en moi. Il est urgent de laisser l'Esprit créer en moi ce cœur qui « aime avec tendresse et marche humblement avec son Dieu ».

Il reste que c'est un mystère pour moi d'avoir un peu compris que ma joie ce serait, en tout, « d'être là à écouter le Seigneur » ! « Que ta louange soit la joie de sa vie », c'est ce que l'évêque a demandé dans la prière consécratoire. Nos vies sont vraiment « cachées en Lui » !

C'est pour l'Église et avec Elle que la consacrée se tient en ce lieu étroit et ouvert où « une seule chose suffit ». Même s'il arrive qu’ «elle ne trouve plus ses sentiers », c'est parce que le Seigneur veut «parler à son cœur, au désert» . Il s'agit de laisser [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Il est ressuscité - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger