L’énigme du pain dans la demande du Notre Père (Matthieu 6,11 et Luc 11,3)

R. P. Yves SIMOENS
Notre Père III: notre Pain - n°250 Mars - Avril 2017 - Page n° 29

Comprendre le sens exact de l’adjectif « epiousios », communément traduit par « quotidien », requiert de tenir compte du contexte plus large de l’Ancien Testament et des deux traditions évangéliques. « Suffisant » semble le sens le plus exact à la condition de l’éclairer surtout par les Prophètes selon Matthieu, par les écrits de Sagesse selon Luc. Le souci de la volonté du Père chez Matthieu et du pardon chez Luc fait de ce pain le viatique – à portée eucharistique – de tout croyant ici-bas.

 

Compte tenu de tant d’études consacrées à la prière de Jésus, la demande du pain quotidien dans les deux traditions de Matthieu et de Luc demeure énigmatique. L’adjectif « quotidien » -epiousios, unique en son genre dans la langue grecque, réclame un traitement qui déborde la lexicographie, insuffisante pour l’explication du terme. Le contexte large de l’Ancien Testament (AT) et celui plus restreint de ces deux évangiles apparaît comme le seul recours possible pour avancer dans l’interprétation. Le rapport à ces contextes des versets étudiés fait partie du message. Il revient à l’interprète de se risquer dans une prise de position, étayée par ces références. 

1. L’évangile selon Matthieu

Le rapport de Matthieu à l’AT est perceptible dès l’incipit qui ouvre l’évangile par la généalogie de Jésus Christ :

« Livre de la genèse de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham. »

Le « Livre » sert d’emblème au genre littéraire apocalyptique. Celui-ci se définit comme un sous-genre de la littérature prophétique qui survient donc au premier plan. Le prophète n’annonce pas d’abord l’avenir : il parle au nom de Dieu comme son porte-parole. Le discours sur la fin des temps – l’eschatologie – revient cependant souvent dans le prophétisme. L’apocalyptique se distingue du langage prophétique en ce qu’il exprime l’imminence de la fin. Celle-ci
n’est pas pour demain, elle est pour maintenant. Sa symbolique est celle des cieux ouverts, comme lors du baptême de Jésus1, pour une « révélation » d’en-haut. Apokalupsis, en grec, dit « révélation » pour maintenant. Le livre sert de médiation littéraire à cette révélation. L’évidence en est fournie surtout dans l’ouverture des sept sceaux du livre dans l’Apocalypse de Jean (Apocalypse 5,1–8,1). Elle est précédée en ce sens par le prophète Daniel :

« Les livres étaient ouverts » (Daniel 7,10) ; [...]
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 

 


1 Matthieu 3,16 ; Marc 1,10 ; Luc 3,21 ; Jean 1,32.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71€ 2.10% 14.00€ 43

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Notre Père III: notre Pain - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger