Notre Père III: notre Pain

N° 250 Mars - Avril 2017 - Page n° 55

R. P. Jacques SERVAIS Demander à Dieu ce que nous faisons

 — À propos d’une pensée attribuée à saint Ignace de Loyola

Faut-il laisser l’avenir entre les mains du Seigneur ou au contraire s’engager de toutes ses forces pour que cet avenir soit conforme à la volonté divine ? Comment instaurer un juste rapport entre l’abandon à la Providence et l’exercice de notre liberté de chrétiens ? Dans son exposé sur la quatrième demande du Notre Père, le Catéchisme de l’Église Catholique renvoie à ce propos à un énigmatique adage ignacien dont cet article dégagera la véritable signification.

 

Introduction

Que voulons-nous dire quand nous prions : « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour » ? Le pain dont nous avons besoin et que nous demandons jour après jour est tout ce qui est nécessaire à notre vie humaine. Dans son explication du Notre Père, le Catéchisme de l’Église catholique veille cependant à lier la demande du pain, « fruit de la terre et du travail des hommes », au Créateur et Seigneur infiniment bon qui le procure et à sa valeur transcendante. « Ayant fait notre travail, la nourriture reste un don de notre Père ; il est bon de la Lui demander en Lui rendant grâces1 ». À l’appui de son énoncé le Catéchisme invoque le mot de la Règle bénédictine : Ora et labora. La prière et l’action sont deux moments distincts mais intimement associés de la vie chrétienne. Une fois terminé son labeur, le fidèle rend grâces à Dieu, conscient que le pain qu’il s’apprête à manger pour reprendre les forces nécessaires est fondamentalement un don du Père éternel, et qu’il est juste de le lui demander chaque jour d’un coeur confiant.

Le pain demandé ne se réfère évidemment pas à de simples nécessités liées à une condition de précarité sociale. Comme Jésus, le chrétien sait comment s’assurer des moyens de subsistance ; il doit travailler pour gagner sa vie. Le pain dont il s’agit est le pain que Dieu seul est en mesure de nous donner, le pain dont nous avons absolument besoin étant donné l’indigence existentielle fondamentale qui est notre lot commun. En enseignant aux siens le Notre Père, Jésus leur a donné un exemple de l’humilité que nous devons avoir devant Dieu. Lui qui « pour nous, de riche qu’il était, s’est fait pauvre » (2 Corinthiens 8,9) au point de ne pouvoir rien faire de lui-même (voir Jean 5,30), il n’a cessé de mendier son « pain » au Père. « Ma nourriture », dit-il à ses disciples, « est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son oeuvre » (Jean 4, 34). À combien plus forte raison ne faut-il pas affirmer que le plus capable des hommes ne peut rien de lui-même, qu’il peut seulement demander à Dieu ce qu’il fait ! [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Catéchisme de l’Église catholique (n. 2834 ; cf n. 2427).

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 47

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Notre Père III - notre Pain - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier