La miséricorde

N° 243 Janvier - Février 2016 - Page n° 6

Mgr. Éric de MOULINS-BEAUFORT « Si vous aviez compris… »

L’ « Année sainte de la miséricorde » a été ouverte par le pape François le 8 décembre dernier et elle sera conclue par lui à Saint-Pierre-de-Rome le 20 novembre 2016, solennité du Christ-Roi. Dans les diocèses, elle courra du 13 décembre 2015, 2e dimanche de l’Avent, au 13 novembre 2016, 33e dimanche du temps ordinaire. Toute l’année liturgique sera ainsi vécue sous le signe de la miséricorde, ce qui devrait colorer la célébration de tous les mystères de la foi, et l’on peut espérer que l’intelligence de ceux-ci et leur mise en oeuvre dans la vie concrète de l’Église et des baptisés en seront définitivement renouvelées. Il est capital de ne pas oublier que le pape François veut ainsi solenniser le 50e anniversaire de la conclusion du concile Vatican II. Plus que des événements mémoriels, le Saint-Père offre à l’Église une voie pour qu’elle entre plus exactement encore dans la posture nouvelle que le Concile a dessinée pour elle et qui a été aussi symbolisée par l’expression de « nouvelle évangélisation ». L’intérêt de la thématique de la miséricorde est qu’elle concerne avant tout Dieu lui-même, le Dieu vivant, celui qui s’est révélé à Israël et qui donne à sa révélation sa « plénitude » et son « médiateur » dans le Christ Jésus, selon la forte expression de la constitution Dei Verbum (no2). Parler de miséricorde oblige à contempler Dieu et à considérer comment son dévoilement transforme l’attitude de ceux qui le reçoivent à l’égard des autres et d’eux-mêmes et du monde. « Miséricordieux comme le Père » proclame le verset retenu pour expliciter cette année jubilaire. Le pape François poursuit par cette initiative la stratégie de ses prédécesseurs, conduisant l’Église dans le xxie siècle ; après le grand jubilé de l’an 2000 préparé, pensé, vécu avec tant d’intensité par saint Jean-Paul II et les années « Saint Paul » puis « de la foi » voulues par le pape Benoît XVI, cette « année sainte » hors-série encourage les baptisés et l’Église dans son ensemble, en toute sa structure hiérarchique et sacramentelle, à s’engager dans la mission confiée par le Sauveur, telle qu’elle doit s’exercer dans les conditions particulières du nouveau millénaire de l’histoire humaine. Une vision théologique de l’histoire se dessine peu à peu, plus encore, ou mieux encore, qu’une stratégie : le temps qui passe, les siècles qui s’écoulent, ne voient pas seulement s’éloigner l’événement fondateur avec le risque que son effectivité s’émousse, cela est trop banal, c’est le sort de toutes les réalités humaines ; le temps long de l’histoire, très long même, fait participer l’Église et, en elle, chacun de ses membres, toujours plus étroitement à l’action salvifique du Dieu créateur qui fait miséricorde aux hommes pécheurs.

Parler de miséricorde, c’est avant tout parler de Dieu comme Dieu apprend à ceux qu’Il a choisis à le connaître et à oser parler de Lui. La miséricorde n’est certes pas la projection en Dieu d’une qualité humaine, de la gentillesse par exemple ou de la compassion dont l’État démocratique moderne aime se targuer, puisqu’il a renoncé ou prétend avoir renoncé à la dureté consubstantielle au fait de l’État, à sa volonté de puissance, et non moins au projet de conduire les populations vers leur bien plus grand. La miséricorde n’est pas davantage l’attribution à Dieu de l’image contemporaine des relations éducatives, des relations de paternité et de maternité elles-mêmes, faites, au moins dans leur compréhension culturelle actuelle, d’attention, d’écoute, de patience inlassable, mais aussi de renoncement à tracer une voie, à fixer des règles ou des codes, à façonner l’enfant pour qu’il devienne un adulte à l’image de ses parents. Un des enjeux cruciaux de l’ « année sainte » devra être l’approfondissement théologique de ce que signifie la miséricorde, telle que la révélation recueillie par écrit dans les Écritures saintes d’Israël et les écrits apostoliques articulés en Ancien et Nouveau Testaments la fait découvrir. [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 49

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Miséricorde (en pdf) 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier