La miséricorde

N° 243 Janvier - Février 2016 - Page n° 49

Abbé Florent URFELS La miséricorde, un lieu commun

La difficulté à concilier pratiquement la justice de Dieu et sa miséricorde peut conduire à une présentation galvaudée et pastoralement dangereuse de cette dernière. Le sacrement de la miséricorde, c’est-à-dire l’existence d’une miséricorde en forme sacramentelle, préserve de ce danger et révèle quelque chose de décisif sur la relation unissant l’homme à son Créateur et Sauveur.


Le dimanche 2 août 2015, à l’occasion du « Pardon de la Portioncule » d’Assise, le pape François a invité les fidèles à retrouver le chemin du confessionnal : 

Aujourd’hui, on fait mémoire du « Pardon d’Assise ». C’est un appel fort à se rapprocher du Seigneur dans le sacrement de la miséricorde et aussi en recevant la Communion. […] Il y a des gens qui ont peur de s’approcher de la Confession, en oubliant que, là, nous ne rencontrons pas un juge sévère, mais le Père immensément miséricordieux1.

Parler de la Confession comme du sacrement de la miséricorde n’étonnera personne tant le pardon de Dieu et sa miséricorde semblent deux réalités liées, sinon purement et simplement synonymes. Reste que cette appellation n’est pas si traditionnelle que cela. Ainsi le Catéchisme de l’Église Catholique, lorsqu’il évoque les différents noms que l’on donne à ce sacrement, mentionne le sacrement de conversion, le sacrement de pénitence, le sacrement de la confession, le sacrement du pardon, le sacrement de réconciliation… mais pas le sacrement de la miséricorde2 ! (CEC 1423-1424). 

Qu’ajoute cette nouvelle dénomination par rapport aux autres, plus classiques ? Sur les cinq mentionnées par le Catéchisme, trois mettent l’accent sur l’attitude du pénitent : c’est lui qui se convertit, fait pénitence et confesse ses péchés au prêtre. Les deux autres adoptent le point de vue de Dieu : par la Croix du Christ et le ministère de l’Église, c’est Dieu qui pardonne et réconcilie le pécheur avec Lui (voir 2 Corinthiens 5,18-21). Quant à la miséricorde, elle est, pourrait-on dire, le lieu commun aux deux protagonistes du sacrement, l’attribut partagé par le Créateur et sa créature, selon l’enseignement du Christ : « Heureux les miséricordieux, il leur sera fait miséricorde » (Matthieu 5,7) et « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Luc 6,36). Si le sacrement du pardon a un sens et une vérité, c’est bien en raison de ce lieu commun. Dans le sacrement se rejoignent la parole du pénitent et celle de Dieu, l’aveu des fautes et leur [...]
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Agence d’information internationale Zenit, http://tiny.cc/pardon-assise source consultée le 27/10/15. 

2 Le Catéchisme parle néanmoins de la « miséricorde [de Dieu] envers l’homme pécheur » et rappelle que « celui qui vit de l’amour miséricordieux de Dieu est prêt à répondre à l’appel du Seigneur » (CEC 1424)

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 49

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Miséricorde (en pdf) 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier