La religion des tranchées

N° 247 Septembre - Décembre 2016 - Page n° 53

Jana DE CROŸ De Prague aux tranchées – Le Père Eduard Stumpf, prêtre et héros

Dans le catholicisme d’État de l’Autriche-Hongrie, l’aumônier militaire semble à première vue plus proche des autorités politiques et militaires que de la troupe. Mais les archives réservent des surprises, ainsi les cartes du Père Stumpf, vicaire pragois devenu prêtre en première ligne, célébrant, confessant, organisant, visitant les avant-postes jusqu’au sacrifice de sa vie parmi ses ouailles.

Le service des âmes fit, jusqu’en 1918, partie intégrante de l’armée austro-hongroise1. Son rôle n’a toutefois pas encore été suffisamment pris en compte par l’historiographie tchèque, alors même que, depuis un quart de siècle, plus rien ne s’y oppose2. D’ordinaire, la littérature en tchèque sur la Première Guerre mondiale a privilégié ce qui était national, à savoir la naissance de l’État tchécoslovaque et s’est donc surtout intéressée à la formation des Légions tchécoslovaques, dans lesquelles la religion était tenue pour indésirable car liée à la monarchie austro-hongroise qu’il s’agissait de combattre. Le désintérêt en pays tchèque pour l’activité des aumôniers militaires n’a pas été que le fait du régime communiste. Le Feldkurat, l’aumônier, était vu comme un agent de propagande de la monarchie, un défenseur du pouvoir étatique et de l’autorité militaire. On lui reprochait son manque d’attachement à la nation, son peu de courage, son goût du confort, sa trop grande distance avec l’homme du rang et la plupart le tenaient pour un fruit sec du catholicisme d’État autrichien. En temps de guerre, l’aumônier militaire exerçait son ministère sur le champ de bataille, dans les hôpitaux et les camps de prisonniers. [...]
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Ndt : en contrepoint des nombreux exemples français cités dans ce cahier,  il a paru utile d’envisager un autre point de vue permettant les comparaisons avec un des Empires centraux, ici l’Autriche-Hongrie. D’un côté, la République française séparée des Églises et qui a, depuis 1905, marginalisé politiquement les catholiques et tâche de les utiliser au mieux dans l’Union sacrée ; de l’autre la Double Monarchie des Habsbourg, avec son catholicisme d’État sous l’étroit contrôle des autorités politiques. Voir Patrick Joseph Houlihan (auteur en 2011 d’un doctorat sur les aumôniers militaires dans l’Empire allemand et en Autriche-Hongrie pendant la Grande Guerre), Catholicism and the Great War : Religion and Every Day Life in Germany and Austria-Hungary (1914- 1922), Cambridge, 2015. 

2 Emmerich Bielik, Geschichte der k. u. k. Militär-Seelsorge und des Apostolischen Feld-Vicariates, Wien, 1901 ; Johann Leonhard, Verfassung der Militärsorge in den k. k. österreichischen Staaten, Wien, 1842 ; Viktor Lipusch, Österreich-Ungarns katholische Militärseelsorge im Weltkriege, Graz, 1938 ; Johannes Legler, Militärseelsorge in der österreichisch-ungarischen Armee von 1867 – 1918, Wien, 1979 ; Eduard Stehlík, Páter Method. Životní příběh generála duchovní služby Msgre Methoděje Kubáně. Praha 2006 ; Martin Flosman, „Duchovní služba v rakouském válečném námořnictvu – její vývoj, organizace, působení a příběh českého námořního kuráta Ignáce Husičky“. In : Vojenský historický archiv. Ročenka,2014, p. 243 – 270.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
19.59 2.10 20.00 Stock: 48

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La religion des tranchées (en pdf) 9.79 2.10 10.00 Ajouter au panier
Le droit de l'Eglise et la Grande Guerre - pdf 3.92 2.10 4.00 Ajouter au panier