Imaginer les fins dernières

N° 260 Novembre - Décembre 2018 - Page n° 109

Madame Dorothée BRUNNER Un avant-goût sonore de l'éternité - Le Quatuor pour la fin du temps d'Olivier Messiaen

Composé en 1940 par Olivier Messiaen alors prisonnier dans un Stalag de Silésie, le « Quatuor pour la fin des temps » évoque l’effondrement d’un monde ancien tout de même que l’espérance dans le surgissement d’un monde nouveau, à la temporalité plus angélique qu’humaine.

 

Silésie, Stalag VIII-A près de Görlitz, le 15 janvier 1941. Plusieurs centaines de prisonniers de guerre français, polonais et belges se rassemblent autour de 18 heures dans la « baraque de théâtre » de fortune, comble jusqu’au dernier siège. Par un froid glacial, ils écoutent pendant près d’une heure, captivés, les sons d’un quatuor pour clarinette, violon, violoncelle et piano, qui a vu le jour au camp et est interprété par quatre prisonniers. Les voici témoins de la création d’une oeuvre peut-être parmi les plus impressionnantes de l’histoire de la musique au XXe siècle. Il s’agit du Quatuor pour la fin du Temps d’Olivier Messiaen (1908-1992) qui, peu de temps après sa mobilisation, fut fait prisonnier par les Allemands près de Verdun et transféré en juillet 1940 dans le camp de Görlitz. Dans le camp, la rencontre avec trois musiciens professionnels, un clarinettiste, un violoniste et un violoncelliste permit l’émergence de l’oeuvre dans son instrumentation inhabituelle. Messiaen bénéficia en outre du soutien d’un capitaine qui se mobilisa pour se procurer du papier à musique et les instruments manquants. Cependant, c’est dans sa foi que le catholique Messiaen trouva la véritable motivation qui l’amena à composer un quatuor dans des conditions terribles et dans une effroyable détresse. Depuis sa mobilisation, il avait toujours sur lui un petit volume contenant les Psaumes, les Évangiles, les Lettres néotestamentairesl’Apocalypse de saint Jean et l’Imitation de Jésus-Christ de Thomas a Kempis. « Je le lisais et le relisais sans cesse, je m’arrêtais sur cette vision de saint Jean, l’ange coiffé d’arc-en-ciel. J’y trouvais un motif d’espérance1. » Ainsi, Messiaen consacre le Quatuor pour la fin du Temps à « l’Ange de l’Apocalypse qui tend la main vers le ciel en disant : “Il n’y aura plus de Temps.” »  (voir Apocalypse 10, 6). Bien loin de toute amertume ou accusation à l’encontre de Dieu, l’oeuvre témoigne d’une immense espérance dans l’action salvatrice de Dieu, dans l’accomplissement de l’histoire du Salut dans le Christ. Il n’est pas exclu que les auditeurs de la première aient associé l’idée de « fin du Temps » à l’espoir de voir arriver la fin tant attendue de la captivité. Pour Messiaen cependant, seule la perspective eschatologique comptait : le Quatuor était écrit, soulignait-il, « sans jeu de mots avec le temps de captivité, mais pour la fin des notions de passé et d’avenir, c’est-à-dire pour [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Olivier Messiaen, in Brigitte Massin, Olivier Messiaen : Une poétique du merveilleux, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989, p. 154.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 86

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Imaginer les fins dernières 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Imaginer les fins dernières-Couvertures Gratuit pour tout le monde Télécharger
entre p.88 et 89 fresques de Signorelli à Orvietto - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
revues et dossiers hypertexte - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Fumagalli : le purgatoire - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Rainini : la storia e la sua fine - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger