Imaginer les fins dernières

N° 260 Novembre - Décembre 2018 - Page n° 43

M Marco RAININI L’histoire et sa fin− Intelligence de l’histoire et apocalyptique au XIIe siècle

Le XIIe s. est le siècle de l’histoire, d’une part avec la construction de théologies de l’histoire de plus en plus complexes, d’autre part avec une exégèse symbolique renouvelée de l’Apocalypse. Pour les grands auteurs de cette période, il s’agit de découvrir dans les événements et les rythmes du monde visible l’avenir encore caché et la réalité du monde invisible et définitif.

 

1. L’histoire et son ordre

Le XIIe siècle, parmi tant d’innovations et évolutions, a connu un intérêt tout particulier pour l’histoire. L’historiographie a souvent souligné l’importance de l’écriture des res gestæ, mais surtout de la réflexion sur le devenir historique et sur sa signification, lors de la « renaissance du XIIe siècle ». Marie-Dominique Chenu, en conclusion du chapitre consacré à « Conscience de l’histoire et théologie » dans son ouvrage La théologie au XIIe siècle, affirmait que « le Christianisme prend conscience au xiie siècle de son devenir historique1 » ; et Hans-Werner Goetz, en termes analogues, a affirmé que « le XIIe siècle passe à juste titre pour une époque de la pensée historique2 ».

Nous pourrions plus précisément identifier, pour reprendre une expression d’André Vauchez, un élément caractéristique des écrivains de cette période, à savoir leur effort de saisir « l’intelligibilité » de l’histoire3. La succession des événements a un sens, et ce sens, on peut le connaître : cela, sans aucun doute, peut advenir à la lumière de ce que Dieu a révélé, donc en construisant ce que nous concevons – avec une expression plus tardive – comme une théologie de l’histoire ; mais pour ces auteurs, il semble que l’on puisse saisir une cohérence même en-deçà de la Révélation, selon un « ordo rationis » (Joachim de Flore4), encore que selon une rationalité moins logique et analytique, et beaucoup plus liée en revanche au langage symbolique.[...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 M.-D. Chenu, La théologie au douzième siècle, Paris, 1957, p. 89 (voir Conscience de l’histoire et théologie au XIIe siècle, « Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge », 21 [1954], pp. 107-133).

« Das 12. Jahrhundert gilt mit Recht als ein Zeitalter historischen Denkens » (H.-W. Goetz, Endzeiterwartungen und Endzeitvorstellung im Rahmen des Geschichtsbildes des früheren 12. Jahrhunderts, in The Use and Abuse of Eschatology in the Middle Ages, edd. by W. Verbeke et al., Leuven, 1988, [Mediævalia Lovaniensia. Series I. Studia, 15], pp. 306-332 : 306).

3 Voir A. Vauchez, « Les composantes eschatologiques de l’idée de croisade », in Le concile de Clermont de 1095 et l’appel à la croisade, Actes du Colloque Universitaire International de Clermont-Ferrand (23-25 juin 1995), Rome, 1997, pp. 233-243 : 240-241.

4 Joachim abbatis florensis Dialogi de prescientia Dei et predestinatione electorum III dir. G.L. Potesta, Roma 1995 (Fonti per la storia dell’Italia medievale. Antiquitates, 4) p. 129.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 86

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Imaginer les fins dernières 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Imaginer les fins dernières-Couvertures Gratuit pour tout le monde Télécharger
entre p.88 et 89 fresques de Signorelli à Orvietto - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
revues et dossiers hypertexte - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Fumagalli : le purgatoire - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Rainini : la storia e la sua fine - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger