Décalogue I: Un seul Dieu

N° 99 Janvier - Février 1992 - Page n° 37

Christoph DOHMEN Au nom de notre liberté

Origine et objet de l'éthique biblique dans le « premier commandement » du Décalogue

L'interdiction du culte des idoles a été renforcée par l'interdiction de toute image de Dieu, et par la révélation qu'il n'y a qu'un seul Dieu qui nous demande de l'aimer, car il nous aime.

La première et la dernière pages, 37 et 60, sont jointes.

LORSQU'EN 1979 la Conférence épiscopale allemande et en même temps le Conseil des Églises évangéliques, après une discussion animée sur les valeurs fondamentales dans l'État et la société, firent une déclaration commune sous le titre « Valeurs fondamentales et commandement de Dieu », la Herder Korrespondenz releva la phrase suivante dans l'introduction de la déclaration qu'elle publiait en totalité : « L'originalité de la déclaration réside dans le début du Décalogue qui permet de relier des lignes directrices qui s'imposent et des champs d'application concrets sans qu'on ait pour cela à recourir à des constructions de droit naturel controversées. » [[Herder Korrespondenz, 33 (1979), 561.]] Ce « recours du chrétien » aux dix commandements de l'Ancien Testament a, malgré les questions difficiles qui se posent, une longue et bonne tradition qui prend sa source chez Jésus lui-même, lorsque, répondant à la question sur le Premier commandement il cite le Deutéronome (6, 4) et le Lévitique (19, 18) pour mettre l'accent sur le double commandement de l'amour de Dieu et du prochain. Il restitue ainsi la structure de base des commandements du Décalogue relatifs à Dieu et à la société. De très nombreuses versions du catéchisme relatives aux dix commandements ont par la suite contribué à faire du Décalogue la loi morale fondamentale du christianisme, au point que ce serait vraiment porter de l'eau à la mer que de vouloir commenter la dignité et l'action du Décalogue [[F.-L. Hossfeld, Der Dekalog (OBO 45), Fribourg/ Göttingen, 1982, 13.]]. Bien plus, toute actualisation théologique, toute réception, dans

 

.....

entre personnes, alors un peu de la promesse est déjà devenue la réalité dont parle Ezéchiel : « Je vous donnerai un coeur nouveau, en vous je mettrai un esprit nouveau. J'ôterai de votre poitrine le coeur de pierre et vous donnerai un coeur de chair » (Ezéchiel 36, 26). « Vouloir comprendre la réalité sans Celui qui est réel, cela signifie vivre dans une abstraction dans laquelle celui qui est responsable ne doit jamais tomber, cela signifie passer à côté de la réalité, cela signifie osciller sans cesse entre les extrêmes de la servilité et de la révolte face au réel » (D. Bonhoeffer). Ainsi c'est déjà la loi de la grâce qui en dernier ressort rend l'homme capable de dire oui à la réalité et de voir dans le langage de la réalité l'indication du chemin de la liberté. » (18)

 

Christoph DOHMEN

 

Revue papier

La revue papier est épuisée

Revue numérique

L'exemplaire n'est à l'heure actuelle pas disponible au format numérique.