La sainteté au quotidien

Mme Adrienne VON SPEYR
La Sainteté aujourd'hui - n°163 Septembre - Décembre 2002 - Page n° 39

La « vie ordinaire » dont l'article évoque la futilité n'est pas l'objet d'un rejet : elle laisse en nous « l'espace inemployé » d'une vie substantielle, frustrée dans son désir d'absolu. Or, cette vie ordinaire a été vécue par le Christ, venu l'assumer dans son obéissance au Père dont il révèle la sainteté. Sainteté à laquelle nous sommes appelés par une décision qui nous livre sans compromis à la Parole, sanctifiant avec les saints notre vie quotidienne par un acte d'amour.

Un homme se rend le matin à son travail. Il ne pense à rien. Une chanson à la mode vient lui frapper les oreilles dans la rue. Il écoute, lui prête attention. Finalement, c’est elle qui le poursuit et ne le lâchera plus de la journée. Ou bien c’est une insulte qu’il entend, de manière fortuite. Il ne sait même pas si c’est à lui qu’elle est adressée. Elle s’accroche à lui et il y pense. Peutêtre qu’au moment où elle a retenti, une portière de voiture a claqué et maintenant à chaque fois qu’au cours de la journée le même bruit se reproduira, cette parole lui reviendra à l’esprit.

Notre vie spirituelle est toujours, de toute façon, désarmée et exposée. Des influences ou des événements extérieurs peuvent la façonner, y résonner, la rendre captive. Et les occupations quotidiennes de la plupart des gens sont de telle nature qu’elles ne requièrent pas toute leur attention et ne les captivent pas entièrement. Elles laissent comme inemployée en eux toute une zone de leur vie intérieure. Sans que cela soit gênant pour son travail, quelqu’un peut se laisser accompagner toute la journée par une mélodie ou par une pensée, et même s’il avait conscience qu’il pourrait travailler de manière encore plus intensive, en s’investissant davantage, personne ne remarquerait, le travail fini, que son auteur avait été distrait ou n’avait pas été à ce qu’il faisait ; ou alors en quel état d’esprit, bon ou mauvais, possédé par quelle idée fixe, il avait accompli sa journée de travail. Mais peut-être que s’il considère les deux journées – celle de la mélodie et celle de l’insulte –, il sera effrayé à l’idée que son monde intérieur a pu être à ce point influencé par le hasard. Et il se demandera si l’homme, au lieu de se laisser toucher et déterminer par de telles bagatelles, ne pourrait pas être en mesure de vivre d’une nourriture cachée et substantielle, d’un choix et d’une décision intérieurs, d’une source qui l’accompagne invisiblement dans la vie quotidienne et qui fasse de sa vie une vie substantielle, chrétienne et sainte. Si ce qui est futile possède déjà sur nous une telle force ou, pour le dire mieux, si nous avons tant de force, si nous possédons de si profonds espaces intérieurs qui demeurent inemployés dans la vie quotidienne et qui, par leur vide criant, se mettent à la disposition de toutes les futilités du quotidien, à quoi devrait donc ressembler une vie qui offre ces potentialités demeurées libres à une réalité véritable, à la réalité de Dieu ? [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
14.69€ 2.10% 15.00€ 14

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Sainteté aujourd'hui - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger