La mémoire n’est pas l’histoire

M. Olivier CHALINE
Mémoire et Réconciliation - n°161 Mai - Juin 2002 - Page n° 47

La connaissance du passé reconnu comme tel ne se confond pas avec l'idée qu'on s'en fait; évolutive et modifiable, elle ne peut fonder de manière irréversible une repentance. Les morts ne saisissent pas les vivants pour les accabler sous le poids de la culpabilité et ceux-ci, qui ne sont ni moralement supérieurs à leurs pères ni héritiers de leurs fautes, n'ont pas à demander pardon en leur nom. Ils auraient mieux à faire de se soucier du présent pour ne pas perdre l'avenir.

Le passage du XXe au XXIe siècle a été marqué par la multiplication de démarches appelées tantôt « repentances », tantôt « actes de mémoire », ou encore « demandes de pardon ». De tels gestes ne sont pas complètement nouveaux, car il y eut des précédents célèbres voici quelques décennies, notamment lors de la levée sous le pontificat de Paul VI des anathèmes entre catholiques et orthodoxes ou lorsque le chancelier de R.F.A. Willy Brandt se rendit en Pologne en 1970. Mais à l’approche de la fin d’un siècle terrible coïncidant avec celle du deuxième millénaire de l’ère chrétienne, ces démarches se sont multipliées. L’Église catholique, à l’initiative du pape Jean-Paul II ou par la voix de certains évêques, des États, des corps constitués ont prononcé diverses demandes de pardon, s’adressant soit à Dieu, soit aux survivants éventuels ou descendants des nations ou des groupes persécutés ou maltraités. Toutes ces démarches ne sont pas comparables terme à terme, car elles n’ont pas toujours le(s) même(s) destinataire(s) et leurs enjeux peuvent différer. Néanmoins, elles ont en commun de se référer à une notion très en vogue de nos jours, la « mémoire » ainsi qu’à une représentation du passé sur le mode de la culpabilité. Pour l’homme blanc de la fin du XXe siècle, surtout s’il est de culture chrétienne, le passé est un fardeau. Les morts saisissent les vivants et les écrasent. Aucune période ne semble échapper à ce déferlement de mauvaise conscience qui fait que le passif excède nécessairement l’actif, au point d’être parfois seul pris en compte. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
10.77€ 2.10% 11.00€ 15

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Mémoire et Réconciliation - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger