Suscipe — Histoire et sens spirituel d’une parole psalmique (Psaume 119, 116)

Olegario GONZALEZ DE CARDEDAL
Croire l'Eglise - n°212 Novembre - Décembre 2010 - Page n° 110

Certains mots ont sanctifié beaucoup d’existences chrétiennes. Tel le verset 116 du psaume 119 où le psalmiste demande à Dieu d’être accueilli et soutenu pour vivre en vérité et pour toujours. Il gardera espoir et ne sera pas confondu ni trompé dans sa confiance. Sont présentés tour à tour les différentes traductions du verset, puis l’histoire de son utilisation dans l’Église, et enfin le sens et la fécondité spirituelle de ce verset qui représente la plus belle et la plus profonde expression de notre existence chrétienne.

 

 Les hommes vivent de mots : bien avant les métaphores et les concepts, les mots sont nos premières créations. Chacun d’eux nous dessine un monde, nous ouvre une dimension de nous-mêmes et nous révèle une dimension de Dieu. Certains mots ont été oints et embellis par les lèvres qui les ont prononcés au fil des siècles en y versant tout l’amour et toute la douleur, toute l’espérance et toute la souffrance qui accompagnent les hommes au long du chemin. Paroles d’hommes adressées à Dieu en louange et en action de grâces, comme prière ou comme abandon. Paroles de Dieu mêlées à celles des hommes comme lumières sur la route, promesse pour surmonter tous les désespoirs, conseiller dans l’incertitude et exprimer des chants et de la joie.

Arrêtons-nous pour quelques pages sur un de ces mots qui ont sanctifié tant d’existences chrétiennes et qui furent sanctifiés par elles dans les moments cruciaux de leur vie : il s’agit du verset 116 du psaume 119, dont nous donnons ici le sens général, avant de l’expliciter selon les diverses traductions : le psalmiste demande à Dieu d’être accueilli et soutenu pour vivre en vérité et pour toujours. Il gardera espoir et ne sera pas confondu ni trompé dans sa confiance.

Je vais tour à tour présenter les différentes traductions du verset, puis l’histoire de son utilisation dans l’Église, et enfi n le sens et la fécondité spirituelle de ce verset que l’on peut tenir comme la plus belle et la plus profonde expression de notre existence chrétienne.

1. Les traductions

Nous avons affaire à deux familles de traductions, deux branches différentes selon le choix du texte à traduire : ou bien celui du texte hébreu, qui est aujourd’hui la norme scientifique, ou bien le texte grec des Septante  (LXX), qui ont traduit un texte hébreu tout aussi autorisé que l’autre et dont l’importance pour les chrétiens vient de ce que les auteurs du Nouveau testament l’utilisent pour leurs citations de l’Ancien. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 10

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Croire l'Eglise - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
L’ecclésiologie de communion au concile Vatican II-pages 75-82 - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger