Un évêque bouleverse l’opinion lors de la déportation des juifs. Mgr Saliège, archevêque de Toulouse : 23 août 1942

M. Yves-Marie HILAIRE
La venue du Royaume - n°189 Janvier - Février 2007 - Page n° 107

Pourquoi cinquante ans après ses obsèques, le cardinal Saliège retient-il l'attention des autorités religieuses et civiles ? La réponse est simple. Jules-Géraud Saliège a rédigé une Lettre pastorale qu'il a fait lire par ses curés le 23 août 1942, dans laquelle il a écrit : « Les juifs sont des hommes, les juives sont des femmes, les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. »

Mgr Saliège, archevêque de Toulouse: 23 août 1942

LE 10 novembre 1956 à Toulouse, 100 000 personnes accompagnaient le cercueil de leur archevêque, le cardinal Saliège, en une longue procession qui se déroulait de Saint-Sernin à la cathédrale Saint-Étienne, en chantant le psaume «Parti vers la maison du Seigneur dans la joie». Sur le cercueil on remarquait les couronnes envoyées par les communautés juives. Les troupes rendaient les honneurs à un évêque compagnon de la Libération, en présence des autorités civiles et religieuses. Or l’homme qu’on portait en terre était un infirme, un paralysé, un témoin de la «force faible» qui avait remis depuis longtemps sa pauvre personne entre les mains de Dieu: «J’aimais parler et Dieu m’a pris ma langue, J’aimais marcher et Dieu m’a pris mes jambes, Il peut tout prendre. Je lui ai tout donné.» Cinquante après, les archevêques de Toulouse, Mgr Marcus et son successeur nommé en 2006, Mgr Le Gall, se sont souvenus de cet événement et ont voulu le commémorer à l’Université catholique de Toulouse et au Capitole, avec le concours du cardinal Poupard et du maire de Toulouse, Monsieur Jean-Luc Moudenc. Pourquoi cinquante ans plus tard, le cardinal Saliège retient-il l’attention des autorités religieuses et civiles? La réponse est simple. Jules-Géraud Saliège a rédigé une Lettre pastorale qu’il a fait lire par ses curés le 23 août 1942, dans laquelle il a écrit: «Les juifs sont des hommes, les juives sont des femmes, les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes.» Cela nous paraît évident aujourd’hui. À l’époque où le régime de Vichy livrait les juifs aux Allemands qui les emmenaient en déportation, ces mots ont bouleversé une opinion indifférente jusque là au sort des juifs.
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 18

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La venue du Royaume - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger