L'école et les religions

N° 185 Mai - Juin 2006*

La religion est en malaise en France dans les écoles comme dans la société. En rupture avec son histoire, et isolée en Europe, la France poursuit une expérience originale : parler des religions, tout en respectant la neutralité d’un enseignement laïc.

Ce grand écart est périlleux pour l’initiation des enfants au mythe, nécessaire à leur imaginaire affectif, comme pour l’enseignement du fait religieux, indispensable à leur culture. Entre les dogmes et les utopies, un chemin de crête est possible. Il demande de l’honnêteté et de la lucidité. Mais les besoins des enfants doivent peut-être obtenir la priorité sur les idéologies et les croyances.

Page Titre Auteur(s)
9 Enseigner les religions à l'école: pour une approche réfléchie Jean-Robert ARMOGATHE Béatrice JOYEUX-PRUNEL
21 L'énigme du fait religieux Isabelle OLIVO-POINDRON
33 La place de la religion dans l’éducation, plaidoyer pour une éducation religieuse à l’école Johan VAN DER VLOET
45 École publique et religions en Europe aujourd’hui Jean-paul WILLAIME
53 L’École et le fait religieux, ou le défi de la vérité Dominique BORNE
67 L’Église face à la sécularisation de la conscience religieuse Ignace VERHACK
79 Le fait religieux dans l’enseignement en France Émeline AUBERT-PICARD - ÉRIC PICARD
87 De la "culture religieuse" à l’intelligence de la foi. Une expérience en école catholique Xavier DUFOUR
103 Dieu ou Darwin ? Les croisades des créationnistes Jacques ARNOULD
111 Évolution et création Fiorenzo FACCHINI

Éditorial : Jean-Robert Armogathe, Béatrice Joyeux-Prunel: Enseigner les religions à l’école :  pour une approche réfléchie

Penser et faire penser le religieux à l'école

Isabelle Olivo-Poindron: L’énigme du fait religieux

Peut-on prétendre enseigner le « fait religieux » en évitant d’envisager le contenu d’expérience qui fait le monde des croyants ? C’est en faisant une place réelle à la question du sens, que l’école laïque pourra trouver des réponses à cette question.

Johan van der Vloet: La place de la religion dans l’éducation, plaidoyer pour une éducation religieuse à l’école

L’auteur souligne l’incohérence d’une école qui ne reconnaîtrait pas que le spirituel est une dimension constitutive de l’homme. Il décrit la situation de l’éducation religieuse en Europe, et constate l’évolution majoritaire des écoles européennes vers une pseudo-neutralité qui empêche tout engagement spirituel et nivelle les identités religieuses. L’auteur s’arrête alors sur la question du rôle possible de l’école dans l’éducation religieuse.

Perspectives comparées

Jean-Paul Willaime : École publique et religions en Europe aujourd’hui

Si le consensus sur l’importance de renforcer la connaissance des religions à l’école publique est manifeste dans l’Union européenne, les mises en oeuvre de l’enseignement sur les religions restent variées. On peut les classer selon trois types : un enseignement confessionnel des religions ; un enseignement non confessionnel des religions ; et un enseignement transdisciplinaire du fait religieux, plus spécifique à la France.

Dominique Borne : L’École et le fait religieux, ou le défi de la vérité

Entretien avec le président de l’Institut européen en Sciences des religions, doyen honoraire de l’Inspection générale du ministère de l’Éducation nationale : l’École est-elle prête à et capable de proposer un enseignement objectif du  fait religieux ? Faut-il y inclure l’apprentissage des doctrines ?

Ignace Verhack : L’Église face à la sécularisation de la conscience religieuse

La « sécularisation de la conscience » annoncée depuis 1945 par les sociologues de la religion n’aurait-elle concerné que le domaine public, tandis que l’influence du religieux dans le domaine privé serait restée vivante ? La nouvelle religiosité implique en fait le bannissement de la dimension de l’Autre. Comment l’Église peut-elle trouver une réponse à ces mutations, plus spécialement dans le domaine de l’éducation ? Un retour à la métaphysique dans son sens classique ne peut apporter de réponse à la spiritualité séculière. Il faut remettre en question l’idée du sujet moderne elle-même, non pas avec des arguments métaphysiques mais au nom de ce qu’elle a refoulé et oublié dans l’homme en tant qu’homme.

Quels manuels pour quel enseignement ?

Émeline Aubert-Picard et Éric Picard : Le fait religieux dans l’enseignement en France

Les deux auteurs, spécialistes d’histoire des religions, ont participé à la mise en oeuvre des nouveaux programmes et à la formation des professeurs. Dans cet article, ils présentent, au terme d’un dépouillement systématique des textes officiels et des manuels scolaires d’histoire, de français, et parfois de biologie, du primaire et du secondaire, la manière dont le fait religieux est enseigné, et le sens implicite de cette présentation.

Xavier Dufour : De la « culture religieuse » à l’intelligence de la foi. Une expérience en école catholique

Le rapport Debray conteste implicitement le rejet de la question du sens hors du champ de l’école laïque. Les établissements catholiques sont guettés par la même tentation neutraliste, qui blesse aussi bien l’honnêteté intellectuelle que leur vocation à présenter à tous la proposition chrétienne de sens. Cet article présente une expérience originale de cours d’enseignement religieux dans un établissement lyonnais : obligatoires (à la différence d’une catéchèse), fondés sur un programme exigeant, articulant culture et intelligence de la foi, ces cours s’appuient sur une collection de manuels, Les Chemins de la foi (Éditions du Cerf).

Dossier: Autour de l'évolution

Jacques Arnould : Dieu ou Darwin ? Les croisades des créationnistes

Quand un dominicain français de formation scientifique rencontre un homme d’affaires américain et créationniste...

Fiorenzo Facchini : Évolution et création

En 2005, le débat autour de l’évolutionnisme a été relancé par une décision de justice aux États-Unis, refusant l’enseignement scolaire du « dessein intelligent » comme une alternative scientifique à l’évolution. Dans ce contexte, un article du cardinal Schönborn (dans le New York Times du 7 juillet 2005) et deux déclarations de Benoît XVI (avril 2005 et novembre 2005) ont rouvert les discussions. Après les précisions et rappels de l’archevêque de Vienne, la publication par l’Osservatore romano (16-17 janvier 2006) d’un article de Mgr Fiorenzo Facchini, professeur de paléoanthropologie à l’Université de Bologne, a été particulièrement remarquée et est ici publiée.

Enseigner les religions à l’école : pour une approche réfléchie

Jean-Robert Armogathe et Béatrice Joyeux-Prunel

« Il serait ridicule, après avoir préparé les jeunes gens à comprendre l’essentiel, de ne pas connaître ce qui est essentiel et qu’on les a préparés à comprendre. Se préoccupant de leur donner les moyens de comprendre, il convient de leur enseigner ce pour quoi on les a préparés.» Augustin, Lettre 118, § 11.

« Voici le piège que Julien (l’apostat) voulait nous tendre : il s’apprêtait à construire des écoles dans toutes les cités, à créer des chaires et une hiérarchie d’enseignants, des postes de lecteurs et d’interprètes des doctrines païennes, celles qui règlent la morale comme celle dont le sens s’enveloppe de mystère (...). Il voulait aussi installer des foyers pour l’accueil et la méditation, et imiter la solidarité qui guide notre coutume, et qu’il admirait beaucoup.» Grégoire de Nazianze, Discours IV, Contre Julien 1, § 111.

Le discordat entre école et religion s’est répandu en France tout au long du XIXe siècle, depuis l’Université (sous la Monarchie de juillet) jusqu’à l’école primaire en passant par les lycées (sous le Second Empire). Progressivement, des plus hautes études jusqu’à l’école élémentaire, l’écart s’est creusé entre l’enseignement profane et l’enseignement religieux, rapatrié de l’école vers la paroisse. L’existence d’un service privé d’enseignement, largement confessionnel et catholique, a conforté ce divorce : les catholiques avaient leurs établissements, il restait à l’État une structure sans religion, laïque, que ses adversaires nommèrent vite « l’école sans Dieu ». Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’enseignement primaire et secondaire s’est divisé entre un enseignement confessionnel, largement aidé par l’État, qui forme et paie les maîtres, mais conservant son « caractère propre » et ses  tutelles, congréganistes ou diocésaines ; et un enseignement public d’où est bannie toute mention de religion, et qui se veut, à ce titre, « laïc ». L’Église catholique pourvoit, par des aumôneries et par la catéchèse paroissiale, à l’instruction religieuse nécessaire pour l’accès à la première communion, à la confirmation ou, au-delà, pour maintenir une pratique religieuse.

La religion n’est cependant pas absente de l’enseignement public (les programmes de l’enseignement confessionnel sont alignés sur ceux du public, des accords ayant même sanctionné une formation des maîtres assurée par l’État) : les programmes d’histoire et de rançais comprennent des questions religieuses, soit mythologiques, [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Dossier: Autour de l'évolution

Jacques Arnould : Dieu ou Darwin ? Les croisades des créationnistes

Quand un dominicain français de formation scientifique rencontre un homme d’affaires américain et créationniste...

Fiorenzo Facchini : Évolution et création

En 2005, le débat autour de l’évolutionnisme a été relancé par une décision de justice aux États-Unis, refusant l’enseignement scolaire du « dessein intelligent » comme une alternative scientifique à l’évolution. Dans ce contexte, un article du cardinal Schönborn (dans le New York Times du 7 juillet 2005) et deux déclarations de Benoît XVI (avril 2005 et novembre 2005) ont rouvert les discussions. Après les précisions et rappels de l’archevêque de Vienne, la publication par l’Osservatore romano (16-17 janvier 2006) d’un article de Mgr Fiorenzo Facchini, professeur de paléoanthropologie à l’Université de Bologne, a été particulièrement remarquée et est ici publiée.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 19

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'école et les religions - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger