L'image aujourd'hui

N° 168 Juillet - Aout 2003*

Le christianisme a lié son destin à celui de l’art occidental, et à la critique des idoles depuis la Bible et Platon. L’image étant aujourd’hui écartelée entre l’abstraction et le simulacre informatique, il manque au christianisme un répondant pour dialoguer avec le monde. Une nouvelle alliance est cependant possible, avec des formes d’art qui renouent avec la figuration.

Page Titre Auteur(s)
7 Aujourd'hui, le christianisme et l'image Olivier BOULNOIS
15 Sur l'image d'art chrétien, aujourd'hui et demain. Convictions, voeux et incertitudes François BOESPFLUG
37 La revanche de l'image Catherine GRENIER
55 Sur l'art réduit au contemporain Didier LAROQUE
69 Affoler la philosophie Serge LANDES
79 Entretien d’Apophatix et d’Apollos Getix Paul CLAVIER
91 Les chemins de l’apologétique selon C. S. Lewis Irène FERNANDEZ
106 Entrés dans l’Église, "entés dans le Christ" Hélène ET THIERRY MACHEFERT

Éditorial : Olivier Boulnois : Aujourd’hui, le christianisme et l’image

Le christianisme a lié son destin à celui de l’art occidental, et à la critique des idoles depuis la Bible et Platon. L’image étant aujourd’hui écartelée entre l’abstraction et le simulacre informatique, il manque au christianisme un
répondant pour dialoguer avec le monde. Une nouvelle alliance est cependant possible, avec des formes d’art qui renouent avec la figure.

Arguments

François Boespflug : Sur l’image d’art chrétien, aujourd’hui et demain. Convictions, voeux et incertitudes

L’art sacré n’est pas mort. Il manque seulement de reconnaissance et d’une politique de commande. Il faut encore éviter de sacraliser tout art sous prétexte qu’il est contemporain, mais aussi susciter un dialogue entre l’Écriture et les artistes. Cela implique que l’on ne confonde pas l’image de l’art sacré avec l’image de vénération, ni avec l’image de prédication.

Catherine Grenier : La revanche de l’image

Dans l’art contemporain, l’image peinte ou sculptée connaît aujourd’hui un regain. Tandis que l’art du XXe siècle s’est fait abstrait au nom de l’idéal de l’icône, et de la ressemblance absolue, l’art d’aujourd’hui renoue avec l’image en tant que dissemblance et figure. Il redécouvre le portrait, l’immanence, le réel et l’humain. De nombreuses oeuvres contemporaines sont ici analysées.

Questions

Didier Laroque : Sur l’art réduit au contemporain

En dépit des apparences, l’exploitation organisée de l’art ne lui rend pas justice. Le critère officiel, qui fait du contemporain la qualité essentielle des oeuvres soumet l’art à la contingence de l’actualité. Références à l’appui, l’article dénonce la trivialité d’une mode qui méconnaît la souveraine présence de l’art, « création » à la mesure des plus hautes aspirations humaines.

Jacques Perrier : Le Saint-Sacrement et l’icône

Culte eucharistique en Occident, vénération des icônes en Orient, ces deux pratiques, bien qu’elles ne soient ni primitives ni universelles, expriment une dimension fondamentale de la foi : le réalisme de l’incarnation. Issues de traditions différentes, en lien étroit avec la liturgie, ces deux dévotions ont en commun d’être des signes de la Présence divine : elles favorisent ainsi le dialogue entre chrétiens d’Orient et d’Occident.

Dossier : L'apologétique

Serges Landes : Affoler la philosophie

Le mot « apologétique » recouvre deux sens principaux : le sens antique de la défense de la foi et l’examen moderne de la crédibilité de l’annonce chrétienne, dont la faillite vient de sa séparation d’avec le contenu révélé. Si l’apologétique doit retrouver une pertinence, elle ne le devra qu’à prendre au sérieux la parole de saint Paul : « Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? ».

Paul Clavier : Entretien d’Apophatix et d’Apollos Getix

L’auteur d’un livre récent intitulé Dieu sans barbe, Vingt et une conversations instructives et amusantes sur la question très disputée de l’existence de Dieu, dans cet article en forme de dialogue entre Apollos Getix (le tenant de l’apologétique) et Apophatix (son contradicteur, qui pense que de Dieu l’on ne peut rien savoir), se propose de réhabiliter la théologie naturelle (qui ne s’appuie que sur les forces de la raison humaine) et de montrer la validité de la preuve de l’existence de Dieu, préalable à l’acte de foi.

Irène Fernandez : Les chemins de l’apologétique selon C. S. Lewis

C. S. Lewis est un des plus grands apologistes contemporains. Il témoigne de la foi par une double démarche : une introduction argumentée à l’essence du christianisme et une mise en oeuvre de cette essence sous la forme du conte et de la féerie. Cette démarche est profondément originale, non par le contenu de ce qu’elle vise, mais par cette présentation du théologique sous les espèces du mythe.

Hélène et Thierry Machefert : Entrés dans l’Église, « entés dans le Christ »

La visée apologétique de toute catéchèse se manifeste particulièrement dans le catéchuménat qui révèle, au-delà de l’enseignement dispensé, une mission apologétique des catéchumènes eux-mêmes. C’est le chemin de cette formation orientée vers le baptême qu’il s’agit ici de suivre, à travers l’expérience concrète de la préparation des adultes aux sacrements de l’initiation chrétienne.

Aujourd'hui, le christianisme et l'image

Olivier Boulnois

« L’honneur rendu à l’image remonte à son modèle. » Saint Basile, Sur le saint Esprit, XVIII, 45.

« Là où il y a image, il y a toujours ressemblance, mais pas toujours égalité. » Saint Augustin, Questions diverses, q. 74.

Dans son rapport à l’image, le christianisme est aujourd’hui confronté à une crise. Celle-ci ne lui est d’ailleurs pas propre. Dans le monde moderne, c’est l’ordre symbolique tout entier qui subit une mutation sans précédent : l’image se trouve aujourd’hui écartelée entre le simulacre et l’abstrait, entre l’idole et l’invisible. Par les moyens de communication qui structurent maintenant toute la société, l’image est reproduite à l’infini de façon mécanique, elle se donne pour la réalité, capte notre désir, happe notre admiration. De son côté, l’art moderne combat cette prolifération
d’images, en une critique où le non-figuratif se taille la part belle. L’affrontement a-t-il une issue ?

Á cette situation générale, le christianisme ajoute une remise en cause des traditions qui le liaient à l’image, qu’il s’agisse d’art sacré, de prédication ou de vénération.

Le présent numéro de Communio explore cette double difficulté...

I. L’image, entre l’icône et le simulacre

Longtemps, la pensée occidentale a opposé l’icône au simulacre,  ou, pour être plus précis, l’image comme symbole à l’image comme objet de fascination. Considérée comme un signe ou un symbole, l’image donne à voir un objet qu’elle n’est pas. Cette « représentation » constitue un mixte de ressemblance et de dissemblance, elle renvoie à un original, sans [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Serges Landes : Affoler la philosophie

Le mot « apologétique » recouvre deux sens principaux : le sens antique de la défense de la foi et l’examen moderne de la crédibilité de l’annonce chrétienne, dont la faillite vient de sa séparation d’avec le contenu révélé. Si l’apologétique doit retrouver une pertinence, elle ne le devra qu’à prendre au sérieux la parole de saint Paul : « Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? ».

Paul Clavier : Entretien d’Apophatix et d’Apollos Getix

L’auteur d’un livre récent intitulé Dieu sans barbe, Vingt et une conversations instructives et amusantes sur la question très disputée de l’existence de Dieu, dans cet article en forme de dialogue entre Apollos Getix (le tenant de l’apologétique) et Apophatix (son contradicteur, qui pense que de Dieu l’on ne peut rien savoir), se propose de réhabiliter la théologie naturelle (qui ne s’appuie que sur les forces de la raison humaine) et de montrer la validité de la preuve de l’existence de Dieu, préalable à l’acte de foi.

Irène Fernandez : Les chemins de l’apologétique selon C. S. Lewis

C. S. Lewis est un des plus grands apologistes contemporains. Il témoigne de la foi par une double démarche : une introduction argumentée à l’essence du christianisme et une mise en oeuvre de cette essence sous la forme du conte et de la féerie. Cette démarche est profondément originale, non par le contenu de ce qu’elle vise, mais par cette présentation du théologique sous les espèces du mythe.

Hélène et Thierry Machefert : Entrés dans l’Église, « entés dans le Christ »

La visée apologétique de toute catéchèse se manifeste particulièrement dans le catéchuménat qui révèle, au-delà de l’enseignement dispensé, une mission apologétique des catéchumènes eux-mêmes. C’est le chemin de cette formation orientée vers le baptême qu’il s’agit ici de suivre, à travers l’expérience concrète de la préparation des adultes aux sacrements de l’initiation chrétienne.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 20

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'image aujourd'hui - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger