Les théologiens et le magistère

Glenn W. OLSEN
L'autorité de l'évêque - n°31 Septembre - Octobre 1980 - Page n° 71

Y a-t-il un magistère des théologiens, parallèle à celui de l'autorité hiérarchique? Certains semblent le souhaiter aux Etats-Unis en rejoignant (involontairement?) Thomas d'Aquin Mais contrairement au magistère hiérarchique, celui des théologiens ne peut pas recevoir de statut juridique. Il revient donc au pape et aux évêques de trancher en dernier ressort. La question est en fait résolue depuis le XIIIè siècle.

Quelles que soient les opinions théologiques individuelles, presque tout le monde est d'accord pour reconnaître qu'il y a actuellement, au sein de l'Église catholique, une crise de confiance sans doute aussi grave que n'importe quelle crise antérieure dans son histoire. Bien des gens qui se considèrent comme chrétiens ne tiennent pas compte des décisions des évêques, des conciles et des papes, se fiant à leurs propres lumières ou aux opinions de personnes qui, dans une certaine mesure, ne sont pas d'accord avec l'enseignement « officiel ». D'autres, au contraire, ont une profonde méfiance envers les théologiens qui rejettent publiquement ce qui leur paraît être des parties essentielles de  l'enseignement catholique. Le soupçon de mauvaise foi abonde de tous les côtés, visant spécialement les évêques qui sont censés s'efforcer avant tout de préserver leur autorité, même aux dépens de la vérité, ou les théologiens, auxquels on reproche de n'avoir pas le courage de leurs opinions en refusant de reconnaître que leurs positions ne sont pas dans la ligne de la tradition chrétienne. Les évêques sont parfois considérés comme théologiquement incompétents, et les théologiens comme incompétents ou malhonnêtes. Même parmi les gens de bonne volonté règne une grande confusion quant aux voix qu'il faut écouter. Le laïc moyen sait que les lois de l'Église, telles qu'on cherche actuellement à les faire respecter dans les confessionnaux, dépendent dans une grande mesure du prêtre qui entend la confession, de sorte que bien des laïcs prennent eux-mêmes l'affaire en mains en renonçant à tout examen de conscience dans les domaines où les opinions sont partagées : un prêtre de mes amis me disait que depuis Vatican II, à en juger par le confessionnal, les gens considèrent qu'il ne peut plus y avoir de péché de la chair. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 11

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'autorité de l'évêque - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger