La modernité - et après

N° 88 Mars - Avril 1990 - Page n° 4

M. Olivier BOULNOIS Le catholicisme est-il ringard?

Éditorial

 Olivier Boulnois

Entre le ressassement et le ressentiment, l'Eglise peut revendiquer son statut intempestif, si elle affirme la nouveauté de l'Eglise, qui transcende d'avance toutes les modernisations.

La première page, 4, est jointe.

 

CETTE FIN DE SIÈCLE ne ressemble en rien à la
précédente. Le parfum faisandé de la décadence a été
remplacé par des incantations rituelles sur la nécessité de
l'innovation et sur la condition post-moderne. On pourrait
craindre qu'au mê
me titre que les sapins de Noël ou le parler
bas-breton, le christianis
me fasse figure de tradition folklori‑
que, considérée par la plupart avec sympathie, observée
scrupuleuse
ment par une minorité, et finalement totalement
indifférente à chacun. Parler de modernité du christianis
me
semble alors une prétention déplacée, ridicule ou exorbitante :

« M. Prudhomme est né avec le  Christ » (1).

Le christianisme est-il ringard (2) ? Est-il condamné au passéisme et menacé de désuétude ? — Autant de façons de poser la question du rapport entre l'Eglise et le monde, ou, comme on disait jadis plus justement, entre l'Eglise et le siècle. Peut-on admettre que, deux millénaires après la naissance du Christ, nous soyons dans la seule situation que la parabole évangélique n'avait pas envisagée : du vin vieilli coulant dans des outres toujours neuves ?

 

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 2

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Modernité - et après (en pdf) - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger