Mémoire et Réconciliation

N° 161 Mai - Juin 2002 - Page n° 23

M. Miklos VETÖ La fidélité de la volonté, horizon du repentir et du pardon

L'individu pense trop souvent l'acte de repentir comme une démarche de rupture vis-à -vis de son propre passé. Or, la reconnaissance de la responsabilité des fautes exige que celui qui demande pardon admette qu'il ne fait qu'un avec le pécheur qu'il a été.

C'est en vertu de la continuité de sa volonté propre propre que le sujet, en réalisant qu'il n'a jamais cessé de vouloir ce mal qu'aujourd'hui il rejette, peut être entièrement délivré de sa culpabilité.

 1ère page, 23, jointe.

L’ÉTUDE qui suit porte sur la volonté morale individuelle, mais ses interrogations et ses résultats constituent, croyons-nous, des repères pour la réflexion sur la volonté ecclésiale de demande de pardon. La demande du pardon, la repentance de l’Église soulève la question de sa responsabilité. Pour demander pardon, pour se repentir, il faut que l’Église dispose d’une identité véritablement personnelle. L’identité de la personne a comme ressort une double continuité : une continuité temporelle et une continuité morale. La continuité temporelle est attestée par la mémoire, la continuité morale par la responsabilité. Pour pouvoir demander pardon d’actes passés, il faut s’en souvenir et s’en sentir responsable. Or précisément, la demande de pardon indique qu’on n’est plus, qu’on ne veut plus être ce qu’on était auparavant. D’autre part, pour pouvoir cesser d’être ce qu’on était, pour pouvoir changer, il faut que d’une certaine manière on reste le même, qu’on continue d’être la même personne. La demande de pardon manifeste qu’on n’est plus ce qu’on a été autrefois ; or pour pouvoir se libérer du poids des actes passés, il faut assumer d’en avoir été l’auteur. Par sa repentance, l’Église reconnaît que ses fils ont accompli dans le passé des actes coupables. Elle veut s’affranchir de ces actes, mais ce n’est possible que si elle les reconnaît comme les siens. Pour une personne physique ou pour une personne morale comme l’Église, le repentir, la demande de pardon pour des actes répréhensibles passe par le fait de comprendre en avoir été l’auteur. On est auteur moral (p.23)

 ...........

 Miklos VETÖ

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
10.77 2.10 11.00 Stock: 20

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Mémoire et Réconciliation - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger