Biologie et Morale

N° 56 Novembre - Décembre 1984 - Page n° 66

Juan L. RUIZ DE LA PENA Anthropologie et tentation biologiste

Le réductionnisme biologique ne voit dans l'homme qu'un animal et dans son comportement moral que l'ex­pression de son intérêt biologique. En réalité, les thèses de la sociologie ignorent l'irréductibilité des comportements humains à toute explication biologique. Seule, une théolo­gie de l'Incarnation du Verbe (et de l'homme) permettra de rendre à l'homme sa juste place.

 I. État de la question

Le thème biologie et morale appelle d'emblée, comme une espèce de remise en chantier globale, la question : pourquoi « et morale » ? La morale aurait-elle quelque chose à voir avec la biologie et vice-versa ? Une réponse affirmative laisserait suppo­ser l'existence d'un être vivant dépassant la biologie. Ce qui appartient à la biologie, la chimie ou la physique semble ina­dapté au discours éthique. L'homme est sans doute un être biologique ; en revanche, la prétention de voir en lui également un être éthique reste tout à fait discutable, à moins évidemment d'être disposé à étendre l'éthique au reste de la biosphère, ce qui impliquerait que la morale soit eo ipso interne à la biologie ; la question proposée (biologie et morale) ne serait alors qu'un énoncé tautologique.

Mais si l'homme est en réalité l'unique animal avec lequel cadrent des considérations éthiques, il faudra alors le considérer comme un animal assez atypique. Et c'est sur ce point précis que commencent les discordances.

Disons-le, et brutalement, puisqu'on prétend justement rame­ner l'homme au niveau de la brute : l'homme n'est-il qu'un


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 3

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Biologie et Morale - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
L'embryon est-il une personne? - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger