L'examen de conscience

N° 241 Septembre - Octobre 2015 - Page n° 39

Augustine CASIDAY Connaissance de soi et examen de conscience – Évagre le Pontique (IVè siècle)

L’examen de conscience est chez Évagre un cas particulier de la connaissance de soi, passage indispensable pour tout progrès spirituel : la conscience d’un manque conduit à attendre du Christ le complément nécessaire pour atteindre la plénitude, et porter à sa perfection « l’icône inachevée ».

 

En guise d’introduction

L’influence d’Évagre le Pontique (c. 345-399) sur la spiritualité chrétienne est considérable : en Orient, directement, et en Occident, par le relais de Jean Cassien1. Son auteur reste un sujet de discussions entre patrologues. On s’accorde désormais à penser que pour Évagre, la spiritualité chrétienne est englobante, au sens où le christianisme fonde une anthropologie, qui repose sur la connaissance de soi : l’examen de conscience vers l’intérieur de chacun et le lien à Dieu et aux créatures comme l’indispensable corollaire de l’examen. 

Le problème, débattu pendant des siècles, est précisément de comprendre comment Évagre envisage le lien entre l’examen individuel et la communion avec Dieu et les créatures. C’est au vie siècle que se développa la controverse à cet égard. La discussion actuelle se rattache directement à notre propos : dans quelle mesure la spiritualité d’Évagre est-elle encore chrétienne ? C’est une vraie question, et des spécialistes aussi compétents que Hans Urs von Balthasar, François Refoulé, Antoine Guillaumont ont estimé que dans sa conception de Dieu, de la Création et des hommes, Évagre s’était sensiblement écarté de l’orthodoxie chrétienne. On comprend que cet écart a un impact direct sur notre propos, et lorsque Pierre Courcelle dans sa grande étude sur Connais-toi toi-même (référence indispensable à toute approche de l’examen de conscience chez Évagre) aborde notre auteur, il se situe dans cette ligne : la connaissance de soi, chez Évagre, se rattache aux débats autour d’Origène, et très précisément à la question disputée de la relation entre l’âme et le corps. Courcelle se réfère ici aux premières publications d’Antoine Guillaumont ; mais tandis que pour Guillaumont, Évagre tient le corps pour « un instrument de libération et de salut », Courcelle accentue l’interprétation origénienne ; à partir d’un passage des Kephalaia gnostika, Courcelle soutient que pour Évagre le corps est comme une prison. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Voir la bibliographie en fin d’article. Originaire du Pont (actuelle Turquie), Evagre prêcha à Constantinople avant de se retirer en Palestine, puis en Égypte. Il rédigea plusieurs ouvrages qui reflètent la spiritualité des moines du désert (NdT).

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 6

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'examen de conscience (en pdf) - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier