Manger

N° 259 Septembre - Octobre 2018 - Page n° 111

Jacques JULLIARD et Marie-Eve BENOTEAU-ALEXANDRE « Je ferai de toi une étoile », Entretien sur les Lettres à Ysé de Paul Claudel

En 2017, comme pour introduire à la célébration du cent-cinquantenaire de la naissance de Paul Claudel, les éditions Gallimard ont publié les lettres de Claudel à Rosalie Vetch, qui fut le modèle de l’Ysé de Partage de Midi, puis de la Prouhèze du Soulier de satin. Cette romanesque hisoire d’amour, qui a fait naître deux des plus grands chefs-d’oeuvre de notre théâtre, est enfin dévoilée. Jacques Julliard, qui préface le volume, souligne son importance et sa beauté.

Propos recueillis par Marie-Ève Benoteau-Alexandre

 

Vous signez la préface des Lettres à Ysé, publiées chez Gallimard fin 2017. Vous avez auparavant préfacé plusieurs volumes d’actes de colloques (Mauriac – Claudel : le désir et l’infini en 2003 ; Claudel politique, paru en 2009), et vous avez consacré un ouvrage, en 2008, à trois écrivains dont Claudel (L’Argent, Dieu et le Diable : Péguy, Bernanos et Claudel face au monde moderne). En quoi ces écrivains catholiques – et plus spécifiquement Claudel – vous requièrent-ils ?

D’abord, dans « écrivain catholique », il y a « écrivain ». Si je prends Claudel, Bernanos, Péguy, on a là trois des plus grands prosateurs du xxe s iècle. Je ne sais pas qui on pourrait ajouter, parmi les « laïcs » ; Céline, à sa manière ; Proust, à la sienne. Mais il est évident que par rapport aux écrivains académiques, comme Valéry, Gide, Camus, Sartre même, ce sont des écrivains flamboyants, tous les trois. Et on pourrait ajouter Mauriac et Clavel, comme journalistes, et comme écrivains. La première chose à laquelle j’ai été sensible, c’est leur flamboyance. Il y a un vibrato qui est propre aux écrivains catholiques, avant même le XXe siècle. On pourrait commencer à d’Aubigné (certes, il n’est pas catholique, mais chrétien), Pascal évidemment, Chateaubriand, Joseph de Maistre (un grand styliste !), et tous ceux de la fin du xixe siècle comme Bloy et Barbey. Je ne veux pas dire que la flamboyance du style est un monopole des catholiques, ce serait absurde ; mais bien avant que le catholicisme devienne minoritaire en France, la situation des écrivains catholiques est particulière : à sa manière Pascal, apparenté au jansénisme, était minoritaire ; Chateaubriand s’est voulu d’opposition. Il y a ainsi dans le recours au style quelque chose qui est comme l’affirmation d’une particularité, d’une singularité, d’une minorité à l’intérieur de la société française. La société littéraire en France, depuis très longtemps est anti-catholique, et même anti-chrétienne. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


* Le soulier de satin, III,8 (phrase de l’Ange gardien à Prouhèze).

** Lettres à Ysé, éd. par Gérald Antoine, préface de Jacques Julliard, Gallimard, 2017, 442 p.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 40

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Manger -Couvertures Gratuit pour tout le monde Télécharger
Manger - texte 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Manger - actif -recommandé 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Thèmes et dossiers, actif - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger