Le vocabulaire du Jubilé

Interview accordée au journaliste Giuseppe De Carli. Avec l’aimable autorisation du Journal Télévisé TG1 de la Radio Télévision Italienne : texte de l’interview accordée au journaliste GiuseppeDe Carli et diffusée du 15 février au 29 mars 1997 ; version communiquée par la Curie Archiépiscopale de Milan.

 Le mot « Jubilé » apparaît au chapitre 25 du Lévitique, où Yahvé dit : « tu feras retentir l’appel de la trompe dans tout le pays ; le jour des Expiations vous sonnerez de la trompe dans tout votre pays » (v. 9). Les termes « trompe », « trompe de bélier » – jôbel en hébreu, traduit par la Bible latine en jubilé – désignent cet instrument avec lequel étaient annoncées les grandes fêtes, et en particulier la fête dite du « Jubilé ».  Ce même vocable revient aussi dans le titre d’un livre ancien, le « Livre des Jubilés », qui raconte toute l’histoire de la création jusqu’à l’arrivée du peuple d’Israël sur la terre promise, en la divisant en tranches de cinquante ans. C’est là une tentative des hommes pour rythmer le temps, afin de n’en être pas l’esclave mais de le maîtriser.

Q. Cela veut-il dire que grâce au mot « jubilé », l’homme échappe à l’esclavage du hasard et de la nécessité ?

R. Oui, l’homme affirme ainsi qu’en servant et honorant Dieu, il se rend maître du temps.

Q. Dans l’entretien précédent, nous avons abordé ce mot « jubilé ». Mais quelle est la signification de l’Année jubilaire ?

R. L’Année jubilaire est également décrite au chapitre 25 du Lévitique, où Yahvé dit : «Tu compteras sept semaines d’années, sept fois sept ans, c’est-à-dire le temps de sept semaines d’années, quarante-neuf ans » (v. 8). Et il ajoute : «Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l’affranchissement de tous les habitants du pays » (v. 10a). C’est donc une année qui se présente après chaque période de quarante-neuf ans, la cinquantième année, l’année sacrée de Dieu, dédiée à la primauté de Dieu.

Q. Peut-on dire que cette année consacrée à Dieu est aussi l’année de la libération de l’homme ?

R. Ces deux concepts sont liés dans le texte biblique : proclamer une année consacrée à Dieu signifie également proclamer la dignité de l’homme et sa libération : libération vis-à-vis de l’esclavage et de tout conditionnement, libération de la terre, libération par rapport aux pouvoirs qui oppriment l’homme. Comme je viens de le dire, le Lévitique explique justement au chapitre 25 ce que signifiait le Jubilé hébraïque : «Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l’affranchissement de tous les habitants du pays ». Cet affranchissement est essentiellement celui concernant l’esclavage qui existait en Israël surtout à cause de l’endettement : celui qui ne pouvait payer était placé en esclavage, mais l’on admettait qu’il s’agissait d’une disposition contraire à la dignité humaine. C’est pourquoi il était prévu une atténuation : après un certain nombre d’années, les dettes étaient effacées et l’esclave remis en liberté. De sorte que le Jubilé hébraïque était une incitation à la libération. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 19

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Décalogue VII: Tu ne voleras pas - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger