Le crucifieur crucifié

Denis COUTAGNE
La rémission des péchés - n°81 Janvier - Février 1989 - Page n° 118

L'homme Jésus est entré dans l'histoire de l'humanité par l'annonce faite de sa messianité et de sa divinité. Toute tentative de récrire l'histoire de Jésus ne l'atteint donc pas seulement comme n'importe quel personnage historique, mais d'abord dans sa mission et dans son être de Fils de Dieu. C'est ce qu'illustre, jusqu'au ridicule et à l'offense, le récent film de Scorsese.

Il est paradoxal qu'un film d'un goût fort douteux, mêlant le kitsch au sang (sauce tomate), le sang aux parfums  de bordel  exotique et aux senteurs de cadavres exhumés, un film ne craignant ni l'expression de la torture ni les charmes d'une vie champêtre (mode rousseauiste avec retour paradisiaque vers une nature écologique où l'homme se réconcilie avec luimême...), fasse ainsi scandale ! Le cinéma nous a, depuis longtemps, habitués à bien d'autres excès et « La nuit des morts vivants» n'attire les foudres de personne. Mais le film incriminé s'appelle La dernière tentation du Christ et, s'inspirant d'un roman de Kazantzaki, entend présenter la figure d'un messie hanté par la chair plus qu'investi d'une mission et habité d'un désir divin, à défaut de la présence même du Père ! Kazantzaki du moins avait eu la réserve de s'en tenir à un titre plus sobre : La dernière tentation. Rien n'interdisait alors de penser que cette dernière tentation s'adressait plus à l'écrivain qu'au personnage retenu du roman !

Mais Scorsese précise : « du Christ ». (Malheureusement les éditeurs reprennent cette terminologie dans la  réédition du roman, ce qui est une malhonnêteté). C'est dire que Scorsese entend faire référence, et ce explicitement, à un personnage historique, reconnu en son mystère d'Homme-Dieu, mort et ressuscité. Bien entendu, cette reconnaissance s'appuie sur le témoignage de quelques hommes, témoignage recueilli sous forme d'écrits (les évangiles et plus largement le Nouveau Testament), comme expression de la foi de ceux-là même qui, compagnons de Jésus, ont vu en lui le Fils de Dieu, mort et ressuscité. L'Église est fondée sur cette foi et n'a d'existence que d'affirmer cette foi en son Seigneur. Ainsi, les textes retenus par l'Église pour authentifier sa propre foi ne peuvent donner du Christ une connaissance historique qu'en reconnaissant en cet homme Jésus (crucifié sous Ponce Pilate) précisément le Christ annoncé par l'Ancien Testament. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 19

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La rémission des péchés - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Le blasphème contre le Saint-Esprit - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Ça ne pardonne pas - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger